Éric Zemmour amer : son message cash à Marine Le Pen après les législatives

Alors que le parti de Marine Le Pen a réalisé une percée historique ce dimanche 19 juin, Éric Zemmour avait été éliminé dès le premier tour des législatives dans le Var. Pour l’essayiste d’extrême droite, le score élevé de l’union des gauches (Nupes) aurait pu être évité « si la droite s’était unie ».

A propos de


  1. Eric Zemmour


  2. Marine Le Pen

Éric Zemmour a la dent dure contre le Rassemblement national. Battu dès le premier tour des législatives dans le Var, l’ex-candidat Reconquête ! à la présidentielle a réagi aux résultats du second tour, ce dimanche 19 juin. Le scrutin a été marqué par la percée du parti de Marine Le Pen et de l’union des gauches (Nupes), le camp présidentiel ayant perdu sa majorité absolue. Après avoir manqué sa course à l’Élysée, l’essayiste d’extrême droite a bien tenté de convaincre la fille de Jean-Marie Le Pen de créer une alliance de « bloc national », sans succès. « Le score effroyablement haut de la Nupes aurait pu être évité si la droite s’était unie. Malgré la forte poussée du RN, la première force d’opposition est islamo-gauchiste. Avec une union, elle aurait été patriote », a-t-il déclaré avec amertume sur Twitter lors de la soirée électorale.

Crédité de 7 % des voix au premier tour de la présidentielle, Éric Zemmour a multiplié les appels du pied en direction de Marine Le Pen. Décidé à peser sur la future Assemblée nationale, l’ex-chroniqueur de CNews a œuvré pour réunir le Rassemblement national et Les Républicains, à la manière de l’alliance historique des gauches (LFI, PS, EELV et PCF) menée par Jean-Luc Mélenchon. Fin de non-recevoir de la patronne du RN, échaudée par les débauchages successifs de ses proches (le sénateur Stéphane Ravier, l’eurodéputé Gilbert Collard…).

https://www.instagram.com/p/Ce_34I-Mich/

A post shared by Eric Zemmour (@ericzemmour_)

>> À lire aussi : PHOTOS – Éric Zemmour et Sarah Knafo amoureux : leur week-end en Provence

Le RN, l’une des principales forces d’opposition

Déjà mi-mai, Éric Zemmour avait déploré cette absence de collaboration entre sa jeune formation politique et celle de Marine Le Pen. « Je le regrette parce qu’il y a l’idée qu’on préfère avoir sept ou huit députés seuls que cinquante avec d’autres », avait-il fait savoir sur le plateau de France Info. L’histoire lui a visiblement donné tort : avec 89 élus au palais Bourbon, le Rassemblement national est en passe de devenir l’une des principales forces d’opposition face à Emmanuel Macron. Alors que la majorité sortante a tergiversé sur les consignes de vote lors de duels RN-Nupes, le parti d’extrême droite n’a jamais obtenu autant de sièges à l’Assemblée nationale.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Norbert Scanella / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet