Éric Zemmour « un suceur de roue » ? Pourquoi le clan Marine Le Pen lui en veut

Entre Éric Zemmour et Marine Le Pen, l’ambiance est tendue. Alors qu’ils avancent vers les présidentielles, les deux candidats se livrent une bataille sans merci, à coup d’espionnage et de plagiat. Enfin, si les deux clans s’accusent mutuellement, tous nient surveiller leur adversaire. De quoi exaspérer les membres du RN.

La surveillance s’invite dans la campagne présidentielle. À l’approche des élections, tous les coups sont permis, et à ce jeu, Marine Le Pen et Éric Zemmour livrent une performance déconcertante. « Déplacements, meetings, thématiques : les équipes des candidates de Reconquête ! et du RN s’accusent mutuellement de plagiat… et d’espionnage », révèle Le Parisien, dans son édition du 19 janvier. Depuis plusieurs jours, d’un côté comme de l’autre, les accusations sont nombreuses, mais tous nient surveiller leur adversaire. « Zemmour est un suceur de roue ! Il ne prend aucune initiative. Il calque sa campagne sur la nôtre », s’insurge alors Gilles Pennelle, membre du bureau national du RN.

Au lendemain des révélations de RTL « selon lesquelles Éric Zemmour organiserait un grand meeting d’au moins 6 000 personnes le 5 février, pile au moment où Marine Le Pen rassemblera près de 3 000 personnes à Reims pour le lancement de sa campagne », la colère s’est emparée des membres du RN. « Énième copié-collé de Zemmour. C’est minable de courir après nous« , soupire sur Twitter le directeur adjoint de campagne de Marine Le Pen, Jean-Philippe Tanguy. Il faut dire que ce n’est pas la première fois que le candidat d’extrême droite suivrait le mouvement de son adversaire principal. Alors qu’elle avait prévu de se rendre en Vendée les 13 et 14 janvier, Marine Le Pen a été contrainte d’annuler son voyage, car « Éric Zemmour s’y est rendu dès le 8 janvier ».

⋙ Découvrez Marine Le Pen et son père Jean-Marie, une relation tumultueuse.

La défense de Reconquête ! : « C’est celui qui dit, qui fait »

Dans un clan comme dans l’autre, on se renvoie la balle. « Les deux équipes revendiquent chacune l’antériorité de l’initiative et accusent donc leur rival d’avoir voulu leur couper l’herbe sous le pied« , écrit le quotidien. Alors que les soutiens d’Éric Zemmour démentent les accusations d’espionnage, dans les rangs de Marine Le Pen, on s’amuse de la situation. « On n’a pas besoin d’espionner Zemmour pour savoir ce qu’il fait, vu qu’il fait comme nous« , ironise alors un cadre RN. Du côté de Reconquête ! on se défend en ces termes : « C’est celui qui dit, qui fait« , avec le souvenir amer d’un article du Point affirmant que Marine Le Pen « dispose d’oreilles dans l’équipe de Zemmour ».

Crédits photos : Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet