Estelle Lefébure : cette confidence qu’elle n’aurait jamais dû faire à son ex-mari Arthur

Dans une interview accordée à TV Mag vendredi 18 décembre 2020, Estelle Lefébure s’est livrée sur son expérience dans le jeu District Z de TF1. Lors de la préparation de l’émission, il y a un détail qu’elle aurait mieux fait de garder pour elle…

  • Arthur
  • Estelle Lefébure

C’est un défi de taille que s’est lancé Estelle Lefébure. Vendredi 18 décembre 2020, le mannequin de 54 ans apparaîtra sur TF1, dans l’émission District Z, aux côtés de Kev Adams, Sandrine Quétier, Camille Combal et Jarry. Ce jeu d’aventure présenté par Denis Brogniart met à l’épreuve plusieurs célébrités, qui ont accepté de relever des challenges souvent très angoissants. L’argent récolté sera reversé à l’association a2main qui a pour mission de “soutenir des projets en lien avec les soins palliatifs, des services des soins palliatifs, leurs personnel, et des familles affrontant une épreuve au sein de ces services”.

Dans les colonnes de TV Mag, Estelle Lefébure est revenue sur cette expérience mémorable, en toute sincérité. “L’épreuve dans le puits a été la plus terrible. Les rats, les crapauds, je trouve ça répugnant. Rien que d’en parler, j’en ai des frissons. Cette expérience est ancrée en moi. Je suis très fière de l’avoir faite et de l’avoir réussie”, a-t-elle confié. Seulement voilà, l’actrice a eu le malheur de se livrer sur ses plus grandes peurs auprès de son ex-époux, Arthur, qui n’est autre que le producteur du programme.

“J’ai paniqué”

Il n’en fallait pas moins à l’ancien animateur des Enfants de la télé pour tester les limites de la femme qui a partagé sa vie pendant plusieurs années, et avec qui il a gardé une complicité rare.J’ai fait l’erreur de dire à Arthur que les souris ne me dérangent pas mais je pensais plutôt aux petites souris, celles que l’on voit à la campagne”, a raconté Estelle Lefébure avant de poursuivre : “Sauf que je n’avais pas imaginé que ce seraient des rats. J’en avais plus d’une quinzaine autour de moi. Les pauvres semblaient aussi terrorisés que moi, d’autant plus qu’ils n’étaient pas très virulents, ils étaient contents de tomber sur mes épaules ou de monter sur moi. Mais je n’étais pas prête à ça.” Un mauvais souvenir qu’elle n’est pas près d’oublier. “Le pire a été quand le rat qui s’est glissé entre le gilet et la combinaison, ses petites pattes là… J’ai paniqué. À un moment, j’ai entendu Julie de la production à côté dire : ‘Non mais là je crois qu’elle panique'”, a-t-elle conclu. Une séquence à découvrir à partir de 21h05.


Source: Lire L’Article Complet