EXCLU – Mort d’Igor et Grichka Bogdanoff : pourquoi leur frère a renoncé à les raisonner sur le vaccin

Interviewé par Gala, le demi-frère de Grichka et Igor Bogdanoff a révélé qu’il n’avait pas essayé de les convaincre de se faire vacciner contre le Covid-19.

Voilà déjà deux semaines que Grichka Bogdanoff est décédé, rejoint six jours plus tard par son frère Igor. Les jumeaux ont tous les deux étés emportés par le Covid-19, à l’âge de 72 ans. Des disparitions qui ont fait les gros titres de la presse, notamment parce que les scientifiques n’étaient pas vaccinés contre le coronavirus. Leur demi-frère, François Davant de son nom, a accepté de se confier dans les colonnes de Gala.

L’occasion pour lui de révéler qu’il n’a pas essayé de raisonner les jumeaux quant à leur choix de ne pas recevoir de doses du vaccin. « Je travaille dans le médico-social, donc je suis vacciné », a-t-il tout d’abord expliqué, en précisant toutefois qu’il « n’étai[t] pas d’accord avec leur choix, mais [qu’il] ne leur a pas fait la morale ». « Je savais que je ne les convaincrais pas. Je restais le petit frère pour eux », a affirmé François Davant, qui rappelle le contexte : « Ils étaient en excellente santé pour leur âge, ils avaient une forme de robustesse. » Malgré tout, Igor et Grichka Bogdanoff n’étaient pas des surhommes et, pour leur frère de dix ans leur cadet, « leur disparition [lui] a fait encore davantage prendre conscience de la dangerosité du virus ».

Découvrez l’évolution physique de Grichka et Igor Bogdanoff

Une « phobie des médecins » en cause

Mercredi 5 janvier dernier, Amélie de Bourbon-Parme, ancienne femme d’Igor, était l’invitée de BFMTV. À l’antenne, elle avait assuré que les jumeaux ne « faisaient pas du tout » de la vaccination « un sujet politique ». Pour elle, la raison pour laquelle ils n’étaient pas vaccinés était qu’ils avaient une « phobie des médecins et des médicaments ». Lorsqu’elle était en couple avec Igor, elle s’est souvenue qu’il n’avait « jamais pris autre chose qu’une aspirine, de temps en temps, quand il avait mal à la tête ». De son côté, lors de la mort de Grichka, son avocat déclarait alors publiquement qu’il n’était pas antivax.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Federico Pestellini / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet