Face à l’épidémie, Emmanuel Macron ne varie pas dans sa stratégie : « on ne s’est pas pris le mur »

Dans les colonnes du Journal du dimanche, ce 28 mars, Emmanuel Macron a défendu la stratégie gouvernementale en matière de lutte contre la Covid-19 ainsi que la campagne de vaccination mise en place.

A propos de

  1. Emmanuel Macron

Emmanuel Macron persiste et signe. Depuis plusieurs semaines, la France est touchée de plein fouet par une nouvelle poussée épidémique du virus de la Covid-19. Alors que 19 départements sont actuellement concernés par des mesures restrictives dans le cadre d’un troisième confinement, et que le couvre-feu est appliqué à 19 heures sur l’ensemble du territoire, le chef d’État reste persuadé que la stratégie décidée par le gouvernement pour lutter contre le virus est la bonne. Quid des mises gardes formulées depuis janvier par bon nombre d’épidémiologistes ? Emmanuel Macron a tout d’abord venté “l’énorme effort” fait collectivement et des “mesures proportionnées à la situation”. Il a également regretté “l’unanimité scientifique” qui “n’a jamais été au rendez-vous”, auprès du Journal du dimanche, ce 28 mars. Et d’ajouter : Certains nous disaient : ‘En février, vous allez prendre le mur.’ On ne s’est pas pris le mur.

Les contaminations quotidiennes ne cessent d’augmenter. La pression hospitalière s’accentue, notamment dans les services de réanimation où des patients de plus en plus en jeunes sont admis. Face à ce constat, le président de la République n’écarte pas l’hypothèse de la mise en place de nouvelles mesures dans les jours à venir : “Nous allons regarder l’efficacité des mesures de freinage et nous prendrons si nécessaire celles qui s’imposent. Mais à cette heure rien n’est décidé.” En revanche, pas question de changer sa doctrine au sujet de l’ouverture des écoles : “Nous faisons tout pour renforcer les protocoles sanitaires afin de pouvoir maintenir les écoles ouvertes. […] La fermeture des écoles ne saurait être un tabou, mais elle doit demeurer un dernier recours et une mesure limitée au maximum dans le temps”, a confié Emmanuel Macron.

Une accélération de la vaccination ?

La sortie de la crise sanitaire passera-t-elle par l’accélération de la campagne de vaccination ? Emmanuel Macron en est persuadé. “Il y a une solution, une réponse à la fatigue causée dans la population par cette épidémie : c’est le vaccin !”, a-t-il clamé auprès de nos confrères du JDD. Alors que plus de sept millions de personnes ont reçu une première dose, la vaccination est désormais ouverte aux plus de 70 ans en particulier. Après les médecins de villes, et les pharmaciens, en attendant les infirmières libérales, qui peuvent tous distribués de l’AstraZaneca, le président de la République compte sur les vaccinodromes qui vont être progressivement déployés : “On aura de plus en plus de doses, donc on va descendre progressivement en âge pour tous les adultes à la fin du printemps. Dix millions mi-avril, 20 millions mi-mai, 30 millions mi-juin : à ce moment-là, nous aurons ouvert aux moins de 55 ans.”

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet