Flashback – La triste fin de Margaret Thatcher, atteinte de démence

Star de la quatrième saison de The Crown, Margaret Thatcher revient sur le devant de la scène, sept ans après son décès. La Première ministre britannique, atteinte de démence dans ses dernières années, a terminé sa vie retirée du monde.

Elle fut l’une des personnalités politiques les plus détestées du Royaume-Uni. Controversée, Margaret Thatcher n’a pas fini de marquer l’actualité sept ans après son décès. A partir du 15 novembre prochain, elle sera l’un des principaux protagonistes de la quatrième saison de The Crown. Cette nouvelle salve d’épisodes sera notamment centrée sur l’arrivée de la princesse Diana (jouée par Emma Corrin) et reviendra sur les relations conflictuelles entre la Première ministre britannique, interprétée par Gillian Anderson, et la reine Elizabeth II (Olivia Colman).

Méthodiste, celle que l’on surnomme la Dame de fer aura marqué le peuple britannique de son empreinte. Première femme à accéder aux plus hautes instances politiques, elle est réputée pour être intraitable, que ce soit avec les indépendantistes irlandais en 1981 ou les mineurs entre 1984 et 1985. Mais au contraire d’un parcours politique très riche, elle finira sa vie isolée, sujette à des pertes de mémoire de plus en plus intempestives. En 2008, sa fille, Carol Thatcher, publie un livre A Swim-on Part in the Goldfish Bowl : A Memoir, dans lequel elle relate la santé fragile de sa mère, atteinte de démence.

https://youtube.com/watch?v=OiXEpminPms%3Frel%3D0%26showinfo%3D1

Affaiblie par une série d’AVC

La journaliste de profession révèle que les pertes de mémoire de Margaret Thatcher ont commencé en 2000 et se sont amplifiées au fil des années. “J’ai failli tomber de ma chaise. En la regardant lutter avec ses mots et sa mémoire, je ne pouvais pas y croire, écrit Carol Thatcher. Dotée à l’origine d’un esprit vif, la Dame de fer ne devient plus que l’ombre d’elle-même au crépuscule de sa vie. “Alors qu’auparavant vous n’auriez jamais eu à lui dire quoi que ce soit deux fois, car elle l’avait déjà rangé dans sa formidable banque de mémoire, Maman a recommencé à poser les mêmes questions encore et encore, sans savoir qu’elle le faisait, poursuit sa fille.

Malgré ses problèmes de santé, Margaret Thatcher lutte et publie même un dernier livre en 2002, Statecraft : Strategies for a Changing World. Mais une série d’accidents vasculaires cérébraux l’invalide peu à peu et l’oblige à se retirer. Son déclin marque un nouveau pas lorsque son mari Denis, qui s’occupait d’elle, décède d’un cancer du pancréas en 2003, obligeant par la suite sa fille à sans cesse lui répéter la mort de son mari.

Installée dans un hôtel de luxe pour finir sa vie

Comme l’évoque Carol Thatcher, c’est la mémoire à court-terme de sa mère qui est la plus impactée. Les mauvais jours, l’ancienne Première ministre britannique peut “à peine se souvenir du début d’une phrase au moment où elle arrive à la fin”. Attentivement suivie par une infirmière (qui a été sa cuisinière), Margaret Thatcher est de plus en plus assistée. Sur ses dernières années, elle passe le plus clair de son temps assise dans son fauteuil à écouter de la musique classique ou à regarder la télévision.

Reste que celle qui a grandi pendant sa jeunesse au-dessus d’une épicerie finira sa vie dans le plus grand luxe. Après une opération de la vessie en 2012, elle est confortablement dans une suite de l’hôtel Ritz de Londres par les propriétaires de l’établissement, David et Frederick Barclay, des grands admirateurs de sa personne. C’est au sein de la prestigieuse adresse que Margaret Thatcher rendra son dernier souffle, le 8 avril 2013, victime d’un ultime AVC à l’âge de 87 ans.

Crédits photos : ALPHA AGENCY / BESTIMAGE

Source: Lire L’Article Complet