Flashback – Sœur sourire : les raisons qui l’ont poussée au suicide

À l’occasion de la diffusion du film Sœur Sourire, sur Arte ce lundi 19 juillet, Gala vous propose d’en savoir plus sur la véritable histoire de la religieuse et chanteuse, mais aussi sur la raison pour laquelle elle s’est donné la mort.

Lundi 19 juillet au soir, Arte diffusait le film Sœur Sourire, dont le personnage principal de la religieuse et chanteuse belge, Jeanne-Paule Marie Deckers, est incarné à l’écran par l’actrice Cécile de France. À cette occasion, Gala vous propose d’en savoir plus sur l’interprète du titre Dominique, qui fût un carton dans les années 60. Malgré son succès plutôt inattendu dans l’industrie du disque, celle-ci a connu un destin tragique. En effet, des problèmes d’argent, mais aussi son histoire d’amour avec une femme, l’ont poussée à mettre fin à ses jours.

Jeanine Deckers était en couple avec une certaine Annie Pécher, de onze ans sa cadette et qui était thérapeute exerçant auprès d’enfants atteints d’autisme. Leur relation sentimentale était néanmoins restée secrète, notamment à cause de la nature homosexuelle de celle-ci. Ensemble, les deux femmes ont fondé l’institut Claire Joie, qui était conçu pour aider des mineurs autistes, mais il a fermé ses portes en 1982, pour cause de faillite. De quoi beaucoup jouer sur le moral de celle que l’on surnommait Sœur Sourire, mais aussi de sa compagne. Elles ont alors plongé dans une dépression et n’ont pas lésiné sur l’alcool et les médicaments pour tenter de se remettre de leur chagrin.

Une dépensière altruiste

Il faut dire que musicalement parlant également, ce n’était pas simple pour Jeanine Deckers. La version électro de sa célèbre chanson Dominique n’a pas obtenu le succès escompté et sa carrière dans l’industrie du disque était au point mort. Côté finances, ce n’était pas tout rose non plus puisque le fisc lui réclamait 100 000 francs belges. Auprès de La Croix, Yves Vender Cruysen, échevin de la culture et des cultes de Waterloo, avait expliqué que la religieuse “dépensait tout ce qu’elle avait pour soutenir son amie [Annie Pécher, NDLR] à faire tourner Claire Joie”. Au final, en situation de détresse, les deux compagnes se sont suicidées ensemble le 29 mars 1985, dans leur appartement de Wavre. Sœur Sourire n’avait que 51 ans.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Capture écran Arte

Autour de

Source: Lire L’Article Complet