Gérald Darmanin : comment ses proches comptent sur le jubilé d’Elizabeth II pour faire oublier le fiasco

Quoi de mieux qu’un jubilé de platine, un défilé et un concert grandiose pour détendre l’atmosphère ? C’est en tous cas ce sur quoi Gérald Darmanin et ses collaborateurs semblent miser pour faire oublier, aux Français comme aux Anglais, le fiasco du Stade de France ayant eu lieu ce samedi 28 mai.

A propos de


  1. Gérald Darmanin

Il aimerait se faire oublier. Depuis le fiasco du match opposant le Real Madrid à Liverpool, ce samedi 28 mai au Stade de France de Paris, Gérald Darmanin est le sous le feu des critiques. Plus de 2500 supporteurs anglais munis de leurs tickets d’entrée n’ont en effet pas pu pénétrer dans l’enceinte du stade avant la mi-temps en raison de plusieurs autres milliers de faux billets. Entre les mouvements de foule et de présumées violences policières, la soirée a finalement été gâchée par une désorganisation criante pour laquelle les Anglais attendent des excuses.

Heureusement pour le ministre de l’Intérieur, Elizabeth II et ses 70 ans de règne sont là pour égayer l’actualité. “Demain, commence le jubilé de la reine. Avec les images des défilés au Royaume-Uni, j’espère qu’on parlera enfin d’autre chose que du stade de France, espère un conseiller de l’exécutif dans Le Parisien de ce jeudi 2 juin.

>> PHOTOS – Gérald Darmanin, Pap Ndiaye, Catherine Colonna : qui sont les ministres d’Élisabeth Borne ?

“Gérald Darmanin a été biberonné à la méthode Sarkozy”

Il est vrai que depuis les incidents de samedi, la France a de nouveau les yeux rivés sur Gérald Darmanin. Et sa conférence de presse de lundi est loin d’avoir arrangé les choses. Loin de convaincre les supporteurs lésés, formellement accusés d’être la source du problème par le premier flic de France, cette prise de parole aurait donné lieu à une mise au point de la cheffe du gouvernement, Élisabeth Borne avec son ministre. “Borne lui a fait passer le message qu’il fallait qu’on comprenne ce qui s’est passé”, raconte son entourage au quotidien. “Elle veut des éléments précis pour que cela ne se reproduise plus. C’est une ancienne préfète, les sujets d’ordre public, elle connaît.”

Problème : les excuses ne semblent pas être le fort de Gérald Darmanin. “Il a été biberonné à la méthode Sarkozy, qui consiste à ne jamais reconnaître une erreur, à n’avouer aucune faiblesse, ni vulnérabilité. Mais le regard sur la politique a changé : il faut savoir s’excuser et ne pas avoir une approche hautaine et manichéenne”, point ainsi un macroniste dans Le Parisien.

Crédits photos : Michael Baucher / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet