Gérard Jugnot : "On a dans notre pays un rapport étrange à l’argent"

L’acteur campe un riche homme d’affaires, père de trois jeunes adultes horripilants, dans la comédie haute en couleur Pourris gâtés, actuellement au cinéma.

Que Francis a-t-il raté pour que ses héritiers soient aussi capricieux et déconnectés de la réalité ?

Gérard Jugnot : Il a amassé des fortunes, davantage réussi dans la vie qu’il n’a réussi sa vie. La mort de sa femme l’a déboussolé, ce qui explique en partie son échec. J’aime quand une comédie mélange le rire et l’émotion. Ce film s’interroge sur ce que l’on transmet à ses enfants. L’argent ne saurait compenser l’absence d’éducation.

De votre côté, qu’avez-vous transmis à votre fils unique, Arthur ?

Je ne manquais de rien, je n’allais pas l’obliger à manger des pâtes tous les jours et à loger dans une chambre de bonne pour lui inculquer le goût de l’effort. Je lui ai en revanche répété que les plus grandes satisfactions de la vie venaient de son propre travail, de la persévérance, pas du privilège d’être un fils de.

L’argent rend-il heureux ?

Un type qui gagne au Loto est un héros alors qu’un entrepreneur qui embauche cent personnes est souvent considéré comme un salaud : on a dans notre pays un rapport étrange à l’argent. De mon côté, outre m’assurer un confort, être à l’aise financièrement me donne des responsabilités : j’achète en priorité des marchandises françaises, des aliments bio de la région…

Habiter à Monaco, comme Francis, vous plairait ?

Les embouteillages de Ferrari, c’est marrant, mais bon… C’est une ville trop urbanisée pour moi. Je préfère la végétation et le soleil du Var, la côte entre Marseille et Saint-Raphaël, l’île de Port-Cros…

Vous avez fêté vos 70 ans. Quel est le secret de votre forme ?

Je suis un excessif de la modération : je bois, mais pas trop, je mange, mais pas trop… Je me déplace à vélo électrique dans Paris quand il ne pleut pas. Entre Le Petit Piaf que j’ai réalisé, Ducobu 4, ou encore la série Une affaire française (diffusée sur TF1, depuis le 20 septembre), je n’ai jamais autant travaillé qu’en ce moment. C’est ça le secret, la passion.

Source: Lire L’Article Complet