“Il faut être clair” : François Braun, le ministre de la Santé, cash sur les soignants non-vaccinés

Fraîchement nommé au ministère de la Santé, l’urgentiste François Braun doit faire face à l’épineuse question des soignants non-vaccinés contre la Covid-19, suspendus depuis l’automne 2021. Le ministre s’est confié à ce sujet auprès du Parisien, dont les propos ont été publiés ce lundi 18 juillet.

Nommé à la succession de Brigitte Bourguignon au ministère de la Santé lors du remaniement, François Braun a fait son entrée au gouvernement dans un contexte agité, entre crise du système hospitalier qui manque cruellement de personnel, septième vague de Covid-19, et épisodes de canicule sans précédents. Jusque-là fermé, comme la plupart de ses confrères, à l’idée de réintégrer les soignants non-vaccinés contre le coronavirus, dont la plupart sont suspendus depuis l’automne 2021, l’urgentiste semble aujourd’hui hésiter. C’est en tout cas ce qu’il a laissé transparaître au Parisien ce lundi 18 juillet. « Il faut être clair. On a toujours géré cette crise en se basant sur les recommandations scientifiques et il n’y a aucune raison que ça change. La Haute Autorité de santé et le conseil scientifique nous rendront leur avis dans les prochains jours », a-t-il indiqué au quotidien.

Face à cette mauvaise conjecture pour les hôpitaux, nos confrères ont souhaité savoir si le système pouvait « s’écrouler cet été ». « Est-ce qu’il peut, est-ce qu’il va ? … Je vais tout faire pour qu’il ne s’écroule pas, ça c’est sûr, a assuré François Braun en guise de réponse. Des réunions ont lieu dans les territoires avec les agences régionales de santé. J’observe une dynamique nouvelle. Mon objectif, c’est d’arrêter l’hémorragie puis de reconstruire hôpital. » En attendant, pour colmater les brèches, le chef des urgences du CHR de Metz-Thionville a conseillé le port du masque afin d’endiguer un minimum la propagation du virus : « Continuons à porter le masque, faisons attention aux plus fragiles. C’est la même logique que pour la canicule. »

>> PHOTOS – Remaniement d’Emmanuel Macron : découvrez les ministres du gouvernement Borne II

François Braun « optimiste », même si la situation est « grave »

Homme de terrain jusqu’alors étranger à la politique, avouant lui-même ne pas encore maîtriser tous les usages lors de sa nomination, on peut s’imaginer que François Braun se demande « mais qu’est-ce que je suis venu faire dans cette galère ? », comme l’ont souligné nos confrères. « Je me le dis depuis que j’ai commencé mes études ! La médecine d’urgence, c’est la galère tous les jours. La journée débute, tout va bien, et en l’espace d’une heure, le monde peut vous tomber dessus », a confirmé l’ancien urgentiste du CHU de Nancy. Malgré les nombreux défis qu’il a à relever, l’homme politique garde le moral : « La situation est quand même aujourd’hui plus grave qu’elle ne l’était. Mais je suis optimiste parce que les professionnels de santé sont capables de réagir. Pendant la crise, le système a tenu quoi qu’on en dise. Il faut redonner du sens aux professions de santé. »

Crédits photos : JB Autissier / Panoramic / Bestimage

A propos de


  1. François Braun

Autour de

Source: Lire L’Article Complet