"Il l'a sûrement étranglée" : cet ami proche que Cédric Jubillar accuse d'avoir tué sa femme

Lors d’un interrogatoire mené par les enquêteurs chargés de l’affaire Jubillar, l’homme suspecté d’avoir tué sa femme aurait émis des soupçons sur l’un de ses amis proches. Selon lui, ce dernier aurait pu étrangler son épouse.

  • Delphine Jubillar

Des propos qui font froid dans le dos. Dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, Delphine Jubillar, infirmière et maman de deux enfants dans le Tarn, disparaît mystérieusement après un SMS envoyé à son amant, domicilié à Montauban. Très vite, les soupçons se tournent vers cet homme, marié et père d’un enfant, qui aurait pu être lié à cette disparition. Mais l’homme a un alibi : il se trouvait avec sa femme ce soir-là, qui confirme avoir passé la soirée avec son compagnon devant la télévision. Entre temps, l’enquête s’intéresse au passif de Cédric Jubillar… L’homme est en réalité jaloux maladif et tente de maîtriser les moindres faits et gestes de son épouse. Lorsqu’il apprend qu’un autre homme fait battre son cœur, il va jusqu’à menacer de la tuer. Pourtant, face aux enquêteurs, comme le révèle Paris Match le 13 décembre, l’homme en accuse un autre.

Cédric Jubillar accuse son ami Sylvain d’avoir tué sa femme

Depuis son placement en détention provisoire le 18 juin 2021, Cédric Jubillar semble impassible. Il l’assure, il n’est pas responsable de la disparition de sa femme. Au contraire, ce dernier craint qu’un proche s’en soit pris à elle : « Le collègue qui interroge Cédric Jubillar poursuit : « Sur une écoute, vous dites que Sylvain a sûrement étranglé votre femme. Pourquoi étranglé ? », lui a-t-on demandé. Pris au piège, le détenu répond : « Je ne me souviens pas d’avoir dit ça… » Et ce n’est pas la première fois que Cédric Jubillar suggère le nom d’amis proches dans la liste des suspects potentiels…

Comme l’expliquait Le Nouveau Détective le 4 août, une maîtresse de Cédric Jubillar s’est souvenue d’une discussion échangée avec le père de famille : « Il a fait écouter à Nelly un enregistrement. Une conversation téléphonique qu’il a eue avec un ouvrier du secteur : ‘Je veux savoir où est ma femme !’ dit Jubillar au type, en l’accusant d’avoir dissimulé le corps sous une plaque en fer », peut-on lire. Cet homme en question, est un ouvrier du secteur de Cagnac-les-Mines. Lorsque les enquêteurs le confrontent à ses propos, Cédric Jubillar reste fidèle à lui-même : « Il ne baisse jamais les yeux, même lorsqu’on lui dit : ‘Vous mentez !’ Le genre : ‘Viens me chercher, tu prouveras rien' », écrit Paris Match. Pour l’heure, Cédric Jubillar est toujours innocent.

Source: Lire L’Article Complet