INTERVIEW – Ambre (Koh-Lanta 2022) : « Je suis rentrée de l’aventure avec l’hépatite A »

Dans l’épisode de Koh-Lanta, le totem maudit diffusé ce mardi 14 juin sur TF1, les cinq aventuriers restant se sont affrontés sur la célèbre épreuve d’orientation. Et c’est Ambre qui s’est inclinée face à ses adversaires. La jeune femme s’est remémoré les moments phares de son aventure pour Gala.fr.

Cela fait bientôt 40 jours que les aventuriers de Koh-Lanta, le totem maudit bataillent contre intempéries et épreuves de la célèbre émission de TF1. Dans l’épisode de ce mardi 14 juin François, Jean-Charles, Bastien, Ambre et Géraldine ont participé à la fameuse course d’orientation du programme, dont Ambre est sortie perdante, ne parvenant pas à trouver de poignard. Un coup dur pour la jeune femme originaire de Grabels, une commune située en périphérie de Montpellier, qui ne pourra donc pas monter sur les mythiques poteaux.

Diplômée d’une formation en sport-études, mordue d’équitation à tel point qu’on la surnomme Calamity Jane, élue troisième dauphine de Miss Languedoc en 2012, Ambre ne redoute pas la nature et les challenges. Celle qui est en couple avec le volleyeur français Nicolas Le Goff, médaillé d’or aux jeux olympiques de Tokyo en 2020 voulait rendre fier son grand-père, agriculteur, en se surpassant dans les épreuves. Un objectif atteint, puisqu’elle s’est illustrée lors des épreuves chez les verts puis chez les violets, qu’elle avait rejoints pendant quatre jours, puis dans l’équipe rouge.

>> PHOTOS – Koh-Lanta, le totem maudit : les 24 nouveaux aventuriers du jeu

Gala.fr : Vous avez tenu jusqu’à la course d’orientation. Était-ce l’objectif que vous vous étiez fixé avant d’intégrer Koh-Lanta ?

Ambre : Pas du tout. Je n’avais aucun objectif si ce n’est de pas être éliminée en premier. C’était l’objectif le plus haut que je m’étais fixé ! Je ne m’autorisais même pas à penser pouvoir accéder à l’orientation. Pour moi c’était de l’ordre de l’impossible. Force est de constater que ça a fonctionné.

Gala.fr : Vous êtes une cavalière émérite, responsable évènementiel pour un grand groupe montpelliérain… Vous semblez aimer les défis. Vous aviez besoin de vous prouver quelque chose en intégrant l’aventure ?

Ambre : Pas spécialement… Je n’avais pas de choses à prouver à des gens, je n’avais pas de soucis à me positionner dans la société pour voir ce que je valais réellement. Je voulais surtout voir si j’étais la Ambre que mes proches décrivent, à savoir cette fille un peu guerrière, aventurière, en quête de défi. Je voulais voir si dans l’adversité, j’étais encore cette personne-là.

https://www.instagram.com/p/CPU6QFNtzw5/

A post shared by Ambre KohLanta (@ambre_kohlanta22)

Gala.fr : La Ambre que vous voyez à l’écran est-il celle que vous êtes vraiment ?

Ambre : Ah oui ! C’est d’ailleurs l’une de mes plus belles victoires sur Koh-Lanta, c’est d’avoir réussi à rester Ambre du début à la fin. C’est ce que mes proches me disent, notamment mon compagnon, on me retrouve dans tout, dans ma façon de parler, dans mes expressions, ma façon de réfléchir, mes mimiques dès que Denis (Brogniart NDLR) annonce un confort…

« J’aurais tout fait pour sauver Géraldine et Fuzi au détriment des autres »

Gala.fr : Votre ancienne alliance verte a tenu bon jusqu’à la fin pratiquement de l’aventure et s’est imposée comme le noyau dur de cette aventure. Ayant fait partie de ce groupe, y’a-t-il des choix que vous regrettez ?

Ambre : Déjà, je ne suis pas trop d’accord avec le terme « alliance verte »… Si on regarde vraiment, je n’ai passé que trois jours chez les verts. Et j’ai eu un coup de cœur pour François et pour Nicolas, deux anciens verts. Je parlerais plutôt d’un trio, et non pas d’une alliance verte. D’ailleurs, on élimine Louana « sans aucuns scrupules », parce que cette alliance verte n’est pas si fondée que ça. Je ne regrette aucun de mes choix. J’aurais tout fait pour sauver Géraldine et Fuzi au détriment des autres.

Gala.fr : N’était-ce toute de même pas compliqué de voter contre votre amie Louana ?

Ambre : L’élimination de Louana a mis en avant le fait qu’on n’était pas une alliance verte. Malheureusement c’est la seule chose à laquelle elle pouvait se raccrocher, elle espérait peut-être que les gens avec qui elle avait fait le début de l’aventure ne voteraient pas contre elle. On a simplement fait cette élimination par ordre d’affinité et sur l’échelle des affinités, Maxime et Louana étaient malheureusement les derniers. Elle n’avait plus que ça pour se rattraper aux branches.

https://www.instagram.com/p/CcaAZvntFjk/

A post shared by Ambre KohLanta (@ambre_kohlanta22)

Gala.fr : Il y a eu ce couac avec Jean-Charles, qui a surpris les téléspectateurs. Comment avez-vous réagi en voyant l’incompréhension du public et, de fait, leurs critiques à votre égard sur les réseaux sociaux ?

Ambre : D’un côté, l’incompréhension du public est justifiée par ce qu’ils ont vu à l’écran. Ce qui est dommage, c’est qu’ils n’ont pas vu ce qui a motivé mon choix de l’envoyer en duel contre Fuzi et Olga. Je comprends tout à fait qu’ils aient été interpellés. Après, ce qui me fait rire, c’est que les gens qui critiquent mon choix, ce sont les mêmes que ceux qui, il y a trois épisodes, disaient « mais foutez-le dehors, il est tout le temps dernier ! ». Après il faut savoir que Jean-Charles, ça faisait dix jours qu’il nous rabâchait qu’il voulait être le seul responsable de son élimination. Donc quand Denis me demande de faire ce choix absolument ignoble, je choisis Jean-Charles sans aucune hésitation ! Il n’est pas question de stratégie ou d’affinité. Et lors du retour sur le camp, j’ai été surprise qu’il le prenne mal. Je peux comprendre qu’il ait été blessé, parce qu’entre vouloir quelque chose et y être envoyé par quelqu’un qu’on apprécie c’est différent. Au final, il m’a dit que j’avais stimulé son envie de jouer et sa stratégie. Mais ça n’a pas été montré et c’est vrai que ça aurait pu prêcher pour ma paroisse.

« Avoir été en compétition avec Bastien à l’orientation, ça a été très dur »

Gala.fr : Vous avez perdu la course d’orientation. Que s’est-il passé sur cette épreuve ?

Ambre : Je pense que j’étais un peu à bout… et le fait d’avoir été en compétition avec Bastien sur la phase finale, ça a été très dur émotionnellement. Je n’avais qu’une envie, c’était que ça se termine. C’était un enfer de devoir chercher le poignard tous les deux, côte à côte. On avait nos épaules qui se touchaient, on se lançait des regards de chiens battus. Je pense qu’il y a aussi un énorme facteur chance. Je trouve l’endroit du poignard en premier et j’y passe un moment à fouiller et ça, ce n’est pas une question d’orientation, c’est simplement de la chance de tomber dessus. Force est de constater que j’ai aussi été moins performante.

Gala.fr : Comment vit-on une élimination aux portes des fameux poteaux de Koh-Lanta ?

Ambre : Je suis frustrée est déçue mais d’un côté, c’est tellement énorme d’être arrivée jusque-là que j’essaye de ne penser qu’à ça. On est cinq à avoir été à l’orientation et je suis la seule à ne pas avoir trouvé la balise. Donc je me trouve à ma place. C’est mérité ce qui m’arrive. J’ai été fidèle à mes convictions, je n’ai pas collé Jean-Charles pour trouver son poignard, ni François, alors que ça aurait peut-être été la solution pour assurer ma place.

https://www.instagram.com/p/CZrHQ20NoMd/

A post shared by KohLantaTF1 (@kohlantatf1)

Gala.fr : Et côté survie, comment avez-vous vécu Koh-Lanta ?

Ambre : C’est un enfer… On ne le mesure pas. Il y en a plein qui disent qu’ils veulent refaire un Koh-Lanta mais moi je leur dis : « mais les gars… rappelez-vous l’enfer qu’on a vécu ! ». C’est hyper dur. L’humidité ne nous a pas aidés. Mais c’est fou que le corps arrive à tenir dans ces moments-là. Sur l’épreuve des sacs, quand j’étais en finale avec François, j’avais l’impression d’être à côté de mon corps, de me regarder courir.

Gala.fr : Comment s’est passé votre après-Koh-Lanta ?

Ambre : Je suis rentrée de l’aventure avec l’hépatite A… au niveau de la santé ça a été compliqué de m’en remettre. J’ai perdu beaucoup de cheveux. Ça a été un enfer de voir les voir tomber par poignées… Mais après, une fois la fatigue passée, on oublie la galère que ça a été. On apprécie au début les toilettes, la lumière, et la raclette mais au final on reprend rapidement nos vies normales.

Crédits photos : ©A.ISSOCK/ALP/TF1

Autour de

Source: Lire L’Article Complet