Interview de Meghan et Harry : pourquoi le prince Charles pourrait être obligé de pardonner à son fils ?

Le temps du pardon est-il arrivé pour le prince Charles et le prince Harry ? Selon l’auteur et journaliste Michel Faure, le futur roi d’Angleterre pourrait bien être obligé de pardonner à son fils son interview auprès d’Oprah Winfrey.

Le 7 mars, l’Angleterre a tremblé. Auprès de la chaîne américaine CBS, Meghan Markle et le prince Harry ont répondu aux questions d’Oprah Winfrey et n’ont absolument pas protégé la famille royale britannique. Bien au contraire. Si Elizabeth II a été épargnée des critiques du couple, la firme en a largement pris pour son grade. Meghan Markle a confié avoir eu des pensées suicidaires lorsqu’elle vivait à Frogmore Cottage, qu’elle n’avait le droit de voir personne, et même que la couleur de la peau d’Archie aurait causé des inquiétudes à un membre de la famille. Le prince Harry, de son côté, a affirmé que son père le prince Charles aurait cessé de répondre à ses appels à la suite du Megxit. “Mon père et mon frère sont prisonniers. Ils ne peuvent pas le quitter”, a-t-il indiqué concernant le système monarchique. Une interview qui a énormément fait parler dans le monde entier, et qui a profondément bouleversé les membres visés.

Galerie: Photos – Le prince Harry : tout fier, il dévoile le premier mot très compliqué d’Archie ! (Public)

« Charles est dans le fond un sentimental »

Le prince Charles et le prince William auraient été “effondrés” de la teneur des propos des Sussex. Dix jours après cet entretien, le prince de Galles et ses deux fils se seraient finalement parlés. Une discussion qui n’aurait “pas été très productive”. Pourtant, selon le biographe et journaliste Michel Faure, le futur roi d’Angleterre serait bien obligé de pardonner cette interview au prince Harry. “Si l’ordre a été donné qu’on lui pardonne !”, indique l’écrivain auprès de Gala ce 18 mars.

C’est d’ailleurs le sens du communiqué de la reine”, souligne-t-il. En effet, Elizabeth II a réagi à l’interview dans un long communiqué, où elle indique que Meghan Markle, Harry et Archie seront toujours “des membres de la famille très aimés”. “Charles est dans le fond un sentimental, avec une vraie fibre paternelle pour ses deux fils. Sans oublier qu’au Royaume-Uni, Harry est le bien-aimé”, souligne Michel Faure, qui rappelle que lors des obsèques de Lady Diana, le prince Harry “était celui qui regardait la pointe de ses chaussures en suivant le cercueil de sa maman. Un moment qui avait bouleversé les Britanniques. Autrement dit, la pression de l’opinion publique pourrait obliger le prince Charles à pardonner à son fils.

Source: Lire L’Article Complet