INTERVIEW – Delphine Wespiser en couple avec Roger, de 26 ans son aîné : « Les gens ne comprennent pas toujours »

Ce jeudi 30 juin, Delphine Wespiser est aux commandes de Viens, on s’aime sur C8. Pour l’occasion, l’ancienne Miss France, aujourd’hui chroniqueuse dans Touche pas à mon poste, a accepté de parler d’amour au cours d’une interview accordée à Gala.fr.

A propos de


  1. Delphine Wespiser

Les téléspectateurs de C8 la connaissent bien. Chroniqueuse dans Touche pas à mon poste depuis plusieurs années, Delphine Wespiser s’est vue confier un nouveau rôle par la chaîne qui l’emploie : celui d’animatrice. Ce jeudi 30 juin, elle présente l’émission Viens, on s’aime sur C8. Dans ce programme produit par H2O, il est question de mariages, de surprises, mais surtout d’amour. Une thématique qui a tout de suite parler à l’ancienne reine de beauté, elle-même en couple avec Roger depuis six ans. Pour Gala.fr, elle a accepté d’en dire plus sur cette émission, qui s’annonce riche en émotions, mais aussi de se confier sur sa vision du couple et de l’amour.

Gala.fr : À la télévision, on vous connaît candidate ou chroniqueuse, mais moins animatrice. Qu’est-ce qui vous plaît dans cet exercice ?

Delphine Wespiser : Et pourtant, ça fait déjà huit ans que je présente une émission, qui est diffusée en région, où je vais chez les gens partager leur passion. Donc j’ai déjà pu faire cet exercice d’interviews, de proximité, d’empathie, de réelle écoute. Là, c’est un plaisir de le faire pour C8. C’est un rôle dans lequel les gens ne m’ont pas beaucoup vue pour l’instant, mais dans lequel j’évolue depuis plusieurs années.

Gala.fr : En quoi cette émission vous a plu ?

Delphine Wespiser : Je suis très contente de présenter cette émission qui me ressemble. On va parler de bons sentiments, de bienveillance, d’amour, de surprises. Le but, c’est vraiment que lorsqu’on regarde ce programme, on ressente des petits papillons dans le cœur, on a la larme à l’œil, le petit frisson et en même temps, on rigole. C’est vraiment une émission d’émotions.

Gala.fr : Les téléspectateurs vont assister à des demandes en mariage plutôt insolites. Laquelle de ces demandes vous a le plus marqué ?

Delphine Wespiser : Les trois couples ont des histoires différentes, mais il y en a un qui m’a beaucoup touchée. C’est un amour de jeunesse. Le jour de la rentrée, la jeune fille rentre en seconde et soudain, elle croise dans les escaliers le regard du fameux terminal aux yeux bleus. Il y en a beaucoup parmi nous qui ont déjà vécu ça ! C’est le populaire face à la bonne élève et ils sont faits l’un pour l’autre. Ils ne vont plus se quitter. Un jour, ils décident d’acheter une maison ensemble. Mais les travaux prennent du temps, donc ils vont vivre dans une maison insalubre, avec pas vraiment d’eau, d’électricité, ni de chauffage… Le jeune homme va prendre les devants, il nous contacte et on va refaire toute la maison. Quand sa compagne rentre, elle va découvrir son futur foyer refait à neuf. Lui attendait ce moment pour faire sa demande dans la maison de leur rêve. C’est très beau parce qu’il y a une partie empreinte de solidarité. Quant aux deux autres couples, ils sont aussi très attachants.

Gala.fr : A quoi se résume une demande en mariage réussie, selon vous ?

Delphine Wespiser : Pour moi, il faut déjà qu’il y ait une vraie histoire dans le couple. Tout n’est pas tout de suite rose, il y a des réglages à faire. En plus du véritable amour, il faut de la surprise et de l’émerveillement. Tout ça amène à l’émotion. Si la surprise est personnalisée et touche la personne, la demande en mariage est réussie !

Gala.fr : À vos yeux, le mariage est-il un passage obligé dans le couple ?

Delphine Wespiser : Pas du tout. Il y a plein de gens qui vivent de magnifiques histoires d’amour tout au long de leur vie sans être mariés. En revanche, pour certaines personnes, le mariage fait vraiment rêver. C’est une étape importante dans une vie, c’est pourquoi la demande en mariage doit être spéciale, afin de créer un beau souvenir. C’est pourquoi je pense que les personnes qui nous ont contacté, que ce soit homme ou femme, ont bien fait de le faire. On est vraiment là pour apporter un coup de pouce et que ce soit hors-norme. L’objectif est aussi de donner des idées aux couples qui regardent la télévision et qui auraient envie de sauter le pas…

https://www.instagram.com/p/CdYBPM5Me4d/

A post shared by Roger Erhart (@rogererhart)

Gala.fr : Il paraît que les 7 ans sont un cap à passer dans un couple. Comment ça se passe pour vous qui avez rencontré votre chéri en 2015 ?

Delphine Wespiser : On s’est rencontrés en 2015, on s’est mis ensemble l’année suivante, donc on est en plein dans notre sixième année ! On approche effectivement des sept ans et ça se passe très bien. C’est marrant parce qu’encore récemment, il m’a demandé : ‘aujourd’hui, tu m’aimes comment comparé au début ?’ Je lui ai dit : ‘d’une manière encore plus profonde et plus complète.’ C’est ça qui est beau parce que quand un couple évolue, il y a beaucoup de choses qui se greffent autour. Alors forcément, il y a des désaccords, parfois même des disputes, mais je pense que quand on s’aime profondément et qu’on est intelligent, les obstacles et les remises en question permettent de se réajuster et d’avancer encore plus sereinement. On est très heureux et on est encore plus compatibles, on s’en rend compte jour après jour.

Gala.fr : Quels sont les ingrédients pour qu’un couple dure ?

Delphine Wespiser : Avec Roger, on a beaucoup de choses qui nous séparent, à commencer par nos 26 ans d’écart. La presse a été relativement curieuse à notre sujet, pas toujours tendre d’ailleurs. Les gens ne comprennent pas toujours notre relation, ça a même été le cas dans mon entourage. Mais ce qu’il faut avoir à l’esprit, c’est qu’un couple se construit jour après jour, avec les deux personnes uniquement. Et non pas avec les amis, ni la famille, encore moins avec l’approbation des gens. Le but n’est pas d’avoir la meilleure personne, mais la bonne personne pour soi. Je prends souvent l’exemple de Bonnie & Clyde, parce que c’était deux voyous, mais ensemble ils s’aimaient et ça matchait. C’est pourquoi la compatibilité est, à mon sens, le plus important.

Gala.fr : Est-ce que Roger, votre compagnon, a souffert de la médiatisation ?

Delphine Wespiser : Quand il y a de l’intelligence, on s’en passe. Roger sait prendre beaucoup de recul face aux blagues, pas toujours très délicates, mais aussi aux réseaux sociaux qui donnent leur avis. Et puis je pense tout simplement que quand deux personnes sont heureuses, ça se voit, et c’est la meilleure réponse.

https://www.instagram.com/p/Ccf3dSuNuko/

A post shared by Delphine Wespiser (@wespiserd)

Gala.fr : J’aimerais revenir sur vos récentes prises de positions sur le plateau de Touche pas à mon poste, que vous avez payé cher. Comment l’avez-vous vécu ?

Delphine Wespiser : Je l’ai mal vécu, parce que j’y ai vu un acharnement et une injustice. Je pense que les personnes qui ont voulu comprendre ce que j’ai dit ont compris et les personnes qui ne voulaient pas comprendre ont fait exprès de ne pas comprendre. Je ne remercie pas forcément la presse qui a fait du buzz sur un mot ou une phrase, sans reprendre l’ensemble, mais si je sais que c’est le jeu.

Gala.fr : Suite à cette affaire, avez-vous l’intention de changer de ton à la télévision ?

Delphine Wespiser : Je garderai toujours ma liberté d’expression et mon authenticité. Quand je dis quelque chose, je le dis avec mes tripes et avec mon cœur, tout le temps. Je pense que j’ai un cœur relativement pur pour pouvoir dire les choses avec le cœur donc je continuerai à le faire comme ça. J’ai reçu tellement de messages de soutien dans la rue. Il y a vraiment un décalage entre ce qui se passe sur la toile et dans la vraie vie. Au départ, je ne voulais pas trop sortir. Quand j’ai fini par sortir de chez moi et que je me suis confrontée aux gens, je me suis rendue compte que c’était que du soutien. Parfois, il vaut mieux aller dehors pour aller rencontrer les gens et voir ce qu’ils en pensent, plutôt que de rester sur son téléphone.

Crédits photos : BEST IMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet