INTERVIEW – Marie-Anne Chazel : « J’ai eu la chance d’avoir de nombreux rôles qui ont marqué les gens »

Ce lundi 13 décembre, Marie-Anne Chazel endosse le rôle de Nicoletta dans la comédie romantique « Un Noël à tous les étages », diffusé sur TF1. À cette occasion, l’actrice s’est confiée à Gala.fr.

La magie de Noël est de nouveau au rendez-vous avec Marie-Anne Chazel. Après avoir interprété avec brio l’hilarante Zézette dans le cultissime film « Le Père Noël est une ordure » (1982), l’actrice de 70 ans est de retour sur le petit écran dans une comédie romantique intitulée « Noël à tous les étages ». À l’occasion de la diffusion de ce téléfilm, ce lundi 13 décembre sur TF1, Marie-Anne Chazel a accepté de répondre aux questions de Gala.fr. Le temps de cette interview, la comédienne est revenue pour nous sur ce tournage, son amour pour le théâtre mais aussi sur sa carrière couronnée de succès et de souvenirs.

Gala.fr : Pourquoi avez-vous accepté de jouer dans ce nouveau téléfilm ?

Marie-Anne Chazel : Lors du tournage du téléfilm « À tes côtés » avec Jarry, j’ai fait une très belle rencontre artistique avec le metteur en scène Gilles Paquet-Brenner. Il m’a donc proposé de participer à ce film choral et j’ai très vite accepté de travailler de nouveau avec lui. J’ai lu le scénario et je l’ai trouvé très intéressant. Je ne connaissais pas du tout les films de Noël car ce sont surtout des productions américaines. Je craignais un peu que ce soit quelque chose de trop gnangnan et en fait pas du tout. J’ai trouvé que le parti pris n’était pas mal du tout. Partir des difficultés que chacun rencontre au moment de Noël pour les faire se rencontrer lors d’un moment convivial et chaleureux, je trouvais que la démarche était chouette. Et puis, je trouvais qu’il y avait une belle distribution.

« J’ai la chance d’avoir un métier où je ne connais pas la retraite »

Gala.fr : Vous interprétez Nicoletta une sage-femme sur le point de partir à la retraite, comment vous y êtes-vous prise pour rentrer dans la peau de ce personnage ?

Marie-Anne Chazel : J’étais très amusée de jouer une sage-femme car je n’avais encore jamais joué ce genre de rôle. C’était très sympa de faire quelque chose d’autre. J’ai rencontré un conseiller qui m’a appris des beaucoup de choses. C’était assez technique. Mais il m’a beaucoup aidée, c’était vraiment très intéressant. Sinon, il n’y avait pas de préparation particulière. C’est un rôle normal, d’une femme de mon âge à la seule différence que nous n’avons pas la même situation. J’ai la chance d’avoir un métier où je ne connais pas la retraite. En tout cas ce n’est pas un mot qui m’emballe. Le temps que j’ai la mémoire et la santé, je peux toujours faire mon métier. Dieu merci, il y a des rôles à tout âge !

Gala.fr : Qu’est-ce qui vous a plu dans ce personnage ?

Marie-Anne Chazel : J’ai trouvé ça très beau cette femme qui avait donné naissance à tant d’enfants et qui n’en avait pas eu elle-même. J’ai trouvé qu’il y avait quelque chose de très émouvant et de très vrai. Ces personnes qui réussissent à faire de leurs problèmes une force. Quand elle dit : « Non je n’ai pas eu d’enfant, enfin si, j’en ai eu 1257 », ça m’a beaucoup plu. J’ai trouvé que c’était un personnage très positif et non une femme aigrie qui part à la retraite pleine de rancoeurs.

Gala.fr : Vous jouez la femme de Georges, un homme aigri et dépressif, interprété par Tchéky Karyo. Comment s’est passé le tournage avec l’acteur ?

Marie-Anne Chazel : Je connaissais déjà Tchéky Karyo mais nous n’avions jamais tourné ensemble. On a eu deux jolies petites scènes à jouer tous les deux, c’était très sympa. Et je trouvais que leur histoire disait quelque chose d’assez vrai sur les couples que l’on voit vieillir. Les hommes vieillissent bien souvent moins bien que les femmes. On le voit dans le personnage de son mari qui est une espèce de ronchon fermé qui s’ennuie. C’est une situation assez juste et que l’on voit assez souvent.

Gala.fr : Vous partagez de nouveau l’affiche avec Jarry, à qui vous donniez la réplique dans le téléfilm « À tes côtés ». Comment se sont passées vos retrouvailles ?

Marie-Anne Chazel : Malheureusement, nous n’avons pas eu de scène ensemble mais on s’est croisé et j’en étais vraiment ravie. Je l’ai trouvé excellent et très crédible dans son rôle de jeune loup de la politique. C’est quelqu’un que j’apprécie beaucoup. C’est un homme qui a beaucoup de qualité. Il est à la fois plein de folie, d’imagination et de profondeur. J’avais beaucoup aimé tourner le téléfilm avec lui.

https://www.instagram.com/p/CVPgImlgL-k/

A post shared by JARRY ! (@jarrytypique)

« Le théâtre est le lieu où ma passion a éclos »

Gala.fr : Depuis le 17 septembre 2021, vous êtes de retour au Théâtre des Variétés pour jouer la pièce « La famille et le potager de Bob Martet » aux côtés de Régis Laspalès. Qu’avez-vous ressenti en remontant sur les planches ?

Marie-Anne Chazel : Ça a été un moment très fort. On était tellement contents de se retrouver, d’être sur un plateau et d’avoir des gens dans la salle qui étaient heureux de sortir. C’était vraiment un moment très chouette. En plus c’est une pièce drôle et délirante pendant laquelle on rigole beaucoup. Les gens peuvent se lâcher. On était très heureux d’être là et ça continue.

Gala.fr : Vous n’étiez pas un peu stressée ?

Marie-Anne Chazel : On est toujours stressé quand on fait une création qui n’a jamais été jouée. On se pose toujours la question : « est-ce que les gens vont trouver dans cette pièce ce que moi j’ai aimé et qui m’a fait accepter de la faire ? », « est-ce que le personnage que je joue va passer ? » Il y a forcément un stress car artistiquement, il y a une prise de risque.

Gala.fr : Le théâtre a surtout marqué le début de votre carrière. En étant de retour sur scène vous revenez à vos premières amours.

Marie-Anne Chazel : Le théâtre est le lieu où ma passion a éclos. C’est là où j’ai appris mon métier, c’est là où j’ai découvert à quel point j’aimais me transformer pour incarner des personnages différents des uns et des autres. Je n’ai jamais arrêté le théâtre car j’adore le rapport à la scène, lorsque le rideau se lève et qu’on a une salle nouvelle à chaque soir. Il y a une prise de risque et une montée d’adrénaline que j’adore. Ce n’est pas le même genre de travail et de plaisir qu’au cinéma.

« Sans le Splendide, je n’aurais pas fait la carrière que j’ai faite »

Gala.fr : Vous avez interprété Zézette dans « Le Père Noël est une ordure ». En quoi ce personnage a-t-il marqué votre carrière ?

Marie-Anne Chazel : Les gens l’ont beaucoup aimé et imité. C’est une référence maintenant par rapport à ses dialogues et à son comportement. Cela m’a beaucoup marqué au début car on avait tendance à me proposer des sous-Josette que je n’ai pas voulu faire. Car ce qui me plaît dans mon métier d’acteur, c’est la multiplicité des personnages que je peux jouer. Changer d’univers, de style, de ton, d’âge ou encore de physique. Le théâtre et le cinéma m’apportent ces libertés. Si certains sont marqués par Josette, d’autres l’ont été par Gigi ou Dame Ginette, ça dépend du goût des gens. Dans ma carrière, j’ai eu la chance et l’opportunité d’avoir de nombreux rôles qui ont marqué les gens. Et ça, ce n’est pas donné à tous les acteurs.

Gala.fr : Que retenez-vous de votre carrière au sein de la troupe du Splendid ?

Marie-Anne Chazel : Sans le Splendid, je n’aurais pas fait la carrière que j’ai faite. Un moment donné, nous avons tous eu envie de voler de nos propres ailes. Nous n’allions pas rester dans la troupe du Splendid toute notre vie. Nous avions chacun des désirs et des ambitions de faire autre chose.

Gala.fr : Quel a été le plus beau moment de votre carrière ?

Marie-Anne Chazel : Oh, il y en a beaucoup ! Il y a des moments pour lesquels j’ai des souvenirs magnifiques. Déjà, quand on a déboulé en Afrique pour tourner Les Bronzés. C’était le premier film que nous avions écrit tous ensemble. C’était un moment très particulier. Je me souviens, quand nous sommes descendus de l’avion et que nous nous sommes retrouvés sur le tarmac, il faisait tellement chaud que je pensais que c’était les réacteurs de l’avion qui soufflaient. Mais non, c’était simplement la température du lieu. J’ai aussi un très bon souvenir de la pièce La Dame de chez Maxim, une magnifique pièce de Georges Feydeau. Nous avons dansé un cancan à la fin, les gens étaient fous de bonheur. Je me souviens également de la sortie du premier film que j’ai écrit. Dans ma carrière, j’ai vécu plein de beaux moments de bonheur.

Gala.fr : Bien que votre carrière soit déjà bien remplie, quels sont vos rêves d’actrice ?

Marie-Anne Chazel : J’aimerais jouer des textes classiques que je n’ai pas pu encore interpréter au cours de ma carrière. J’ai eu l’occasion de jouer du Molière, du Feydeau et du Labiche mais jamais du Tchekhov ou du Shakespeare. Ça serait nouveau pour moi et ça me tenterait bien. Il y a aussi des metteurs en scène avec qui j’aimerais travailler dont Valérie Donzelli que j’aime beaucoup et François Ozon. Je pense aussi à des acteurs avec qui j’adorerais jouer comme François Berléand et André Dussollier. Ce sont des grands acteurs français que j’adore.

Crédits photos : Christophe Clovis / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet