INTERVIEW – Son nouveau single, son fils, sa carrière… Shy’m se confie sans tabou !

Shy’m dévoile ce jeudi 25 novembre son nouveau single intitulé Tadada Tututu. La chanteuse, récemment devenue maman, s’est confiée à Gala.

Ce jeudi 25 novembre, Shy’m est de retour avec un tout nouveau single, l’entêtant Tadada Tututu. Deux ans après la sortie d’Agapé, la chanteuse qui est devenue maman d’un petit Tahoma, sortira un nouvel opus début 2022. À l’occasion de cette fin d’année plutôt chargée, Shy’m a accepté de répondre aux questions de Gala.fr.

Gala.fr : Pouvez-vous nous parler de ce nouveau single Tadada Tututu ?
Shy’m
: J’ai fait un séminaire avec plusieurs artistes que j’aime. Pendant 10 jours, on a bossé ensemble en studio, et avec leurs styles différents, ça a donné naissance à des couleurs différentes. Tadada Tututu, c’est l’artiste Meryl qui a écrit, et j’ai beaucoup bossé avec elle sur d’autres titres aussi.

Gala.fr : Sans entendre la musique, on se dit que le titre est un mot qu’aurait pu dire votre fils !
Shy’m
: C’est vrai, mais non ! (Elle rit)

Gala.fr : Ce titre semble être dans la continuité de votre dernier album, Agapé !
Shy’m
: Oui, forcément, car Agapé veut dire beaucoup de choses dans ma vie. Il y a un petit pont avec celui qui va arriver. L’album va être éclectique, et Tadada Tututu n’en est qu’une facette.

Gala.fr : Fin 2020 et début 2021, vous sortiez deux titres, Boy et Ensemble. Ces titres devaient être dans Jour 222, votre album qui n’a pas vu le jour. Ces titres seront-ils finalement, avec Tadada Tututu, sur l’opus à sortir.
Shy’m
: Non, j’avais envie de partir sur quelque chose de nouveau. Car sur les derniers mois, il s’était passé beaucoup de choses, à commencer par mon accouchement. C’est vrai qu’entre avant bébé et après bébé, j’étais dans deux mondes différents, avec d’autres émotions et d’autres choses à dire.

Gala.fr : De ce fait, à quoi peut-on s’attendre ?
Shy’m
: Je vais parler de mon fils, et j’avais aussi envie d’écrire. L’album est solaire et dansant, malgré quelques titres titres plus doux. J’avais envie de faire danser. Il y aura des collaborateurs avec des rappeurs, mais j’en parlerai quand l’album sortira, et c’est prévu pour la fin du premier trimestre 2022.

Gala.fr : Beaucoup de vos fans demandent un retour à la pop / variété de l’album Prendre l’air. Qu’en dites-vous ?
Shy’m
: La pop, ça veut tout et rien dire ! La pop d’il y a 10 ans n’est pas celle d’aujourd’hui, et c’est difficile de dire qu’un titre est plus pop qu’un autre. Aujourd’hui, j’ai envie de faire la musique que j’aime, qui me parle, un truc de nouveau que je n’ai pas fait avant, et le titre Tadada Tututu montre bien ça finalement.

> Découvrez le look le plus inoubliable de Shy’m aux NRJ Music Awards

Gala.fr : Cet opus, il paraît que vous allez le porter sur scène !
Shy’m
: J’espère, je touche du bois, mais c’est la suite logique. Je ne veux pas louper ce rendez-vous avec le public. En tant qu’artiste, on a envie de faire une tournée.

Gala.fr : Vous sortez aussi un livre audio !
Shy’m
: Oui, avec Audible. C’est une nouvelle aventure d’être la voix de ce comte de Noël. Etant maman, ça me parle, et surtout les notions abordées me tiennent à coeur. Il y a l’écologie, par exemple, et je veux, en tant que jeune maman, que ça parle à mon fils plus tard.

https://www.instagram.com/p/CU9_sRcKrva/

A post shared by SHY’M (@instashym)

Gala.fr : Et en même temps, vous pouvez lui mettre l’histoire !
Shy’m
: C’est vrai, même si là il est un peu trop petit. Mais c’est vrai que dans quelques années, il pourra écouter sa maman lui raconter des histoires.

Gala.fr : Sur les réseaux sociaux, vous n’hésitez pas à parler de vos problèmes de maman ou faire des remarques sur la vie de parent. Pour montrer que vous êtes comme tout le monde ?
Shy’m
: Je ne sais pas si c’est un besoin, mais c’est surtout qu’à travers les réseaux sociaux, je partage ma musique ou mes projets, mais parfois, j’ai envie de partager un bout de moi un peu plus intime. Aujourd’hui, la maternité est le centre de ma vie, donc je vais envoyer de temps à autre des petites photos.

Gala.fr : Avec la crise sanitaire, le marché du disque s’et un peu plus effondré. Vous êtes-vous posé la question de la survie de l’artiste ?
Shy’m
: Oui, forcément, c’est présent dans nos vies d’artistes. J’ai commencé il y a 16 ans et l’industrie du disque n’était pas la même. Il faut savoir avancer, être créatif, se renouveler. Pour que le public vous suive, il faut savoir se renouveler. Et en même temps, j’y pense, mais je ne veux pas que ça pollue ma créativité. Tant que j’ai ce feu qui est présent…

Crédits photos : DOMINIQUE JACOVIDES / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet