Jamel Debbouze en difficulté à cause du Marrakech du rire : “Il m’a coûté cher mentalement et financièrement”

Mardi 19 juillet, M6 diffusera la 10e édition du Marrakech du rire. À cette occasion, Jamel Debbouze, son créateur, est revenu sur les difficultés qu’il a dû affronter lorsqu’il a lancé ce festival.

Gad Elmaleh, Elie Semoun, Florence Foresti, Anne Rounanoff… les plus grands humoristes français se sont produits sur la scène du Marrakech du rire, festival international d’humour créé par Jamel Debbouze, devenu aujourd’hui incontournable. Cette année, le rendez-vous annuel fête ses dix ans et sera diffusé ce mardi 19 juillet sur M6.

À cette occasion, l’humoriste et producteur de 47 ans a accordé une interview au Parisien, dimanche 17 juillet, dans laquelle il est revenu sur les difficultés qu’il a dû affronter lors de la création de l’événement. À la question de savoir si cela a été simple de mettre sur pied ce festival, Jamel Debbouze répond ainsi : « Non, il m’a coûté cher ce festival, humainement, physiquement, mentalement, évidemment financièrement, mais il m’a tellement apporté, nourri. » Avant de poursuivre : « Il m’a permis de devenir en quelque sorte l’artiste et l’homme que je suis aujourd’hui. »

> PHOTOS – Melissa Theuriau et Jamel Debbouze : l’évolution de leur couple

Le rire, son arme pour lutter contre la peur de l’autre

L’époux de Mélissa Theuriau, qui a fêté ses 47 ans le soir même du gala, s’est également confié sur l’avenir. « Je ne sais pas si je présenterai le Marrakech toute ma vie, mais je vais me battre pour qu’il existe le plus longtemps possible, et ça passe par la transmission« , a-t-il affirmé.  Interrogé sur la très forte poussée de l’extrême droite en France, le papa de Léon et de Lila s’est élevé contre le Rassemblement national.  « Je ne peux pas croire qu’un Français sur deux est lepéniste », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « Par contre, il y a sûrement un Français sur deux dans la misère. C’est extrêmement frustrant d’avoir rien dans ton assiette quand tu passes devant Versailles. »

Pour Jamel Debbouze, le rire est ainsi plus que jamais une arme importante pour lutter contre la peur de l’autre. « La seule manière, pour moi, de changer les gens, c’est d’aller chez eux et de les faire rire. » Selon lui, « l’ouverture d’esprit, contre toute forme d’obscurantisme, c’est une manière de faire connaissance avec la France« .

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : JACOVIDES-MOREAU / BESTIMAGE

A propos de


  1. Jamel Debbouze

Autour de

Source: Lire L’Article Complet