Jean-Pierre Pernaut : ce qu’il a toujours refusé de faire pour le JT de TF1

Vendredi 18 décembre 2020, Jean-Pierre Pernaut a fait ses adieux aux téléspectateurs du 13 Heures. Quelques minutes après son départ, TF1 a diffusé un documentaire retraçant sa carrière. Le célèbre journaliste y révèle notamment ce qu’il a toujours refusé de faire, par peur, pour le journal télévisé.

  • Jean-Pierre Pernaut

Vendredi 18 décembre 2020 était une journée chargée en émotion pour Jean-Pierre Pernaut et tous les téléspectateurs de TF1. Après plus de 33 ans de bons et loyaux services, il a quitté définitivement le journal télévisé de 13 Heures. Un déchirement pour le mythique présentateur, qui a d’ailleurs “craqué” pendant son discours d’adieux. Et il n’était pas près de sécher ses larmes, puisque son équipe et sa famille lui ont réservé de belles surprises. Son épouse Nathalie Marquay, ses enfants Tom et Lou, ainsi que son petit-fils, sont venus lui rendre visite en plateau. Un moment particulièrement émouvant. Et l’après-midi s’est poursuivie sur la première chaîne avec un documentaire intitulé Jean-Pierre Pernaut, une histoire de la télévision française, consacré à sa longue carrière de journaliste.

“J’ai toujours eu peur des terrains de conflit”

Des coulisses aux reportages, en passant par des images d’anciens collègues, TF1 a ressorti de vieilles archives du JT de 13 Heures. Un duplex diffusé en mars 2003, pendant la guerre en Irak, a notamment refait surface. Apparaît alors à l’écran le journaliste Patrick Bourrat, décédé pendant l’un de ses reportages sur place. Un souvenir qui a beaucoup ému Jean-Pierre Pernaut : “Patrick a été écrasé par un char américain qui faisait une manœuvre. Malheureusement, il n’a pas survécu. C’est vrai qu’on est forcément touché quand on a un copain qui meurt pendant un reportage. On lui dit de faire attention à lui, parce qu’on sait qu’il y a des risques insensés quand on va couvrir un conflit de ce type”, explique-t-il à la caméra. D’ailleurs, lui-même n’est jamais parti sur une zone de guerre.

“J’ai toujours eu peur de la flinguette, et je n’en ai jamais fait de ma vie. Je n’ai jamais voulu aller sur des terrains de conflit, révèle le désormais ex-présentateur. S’il assure avoir “respect et admiration” pour tous les journalistes en mission sur ces terrains particulièrement dangereux, Jean-Pierre Pernaut n’a jamais accepté de s’y rendre. “Dans mes années de reportage, on m’avait parfois proposé de partir sur des guerres. J’ai toujours refusé, j’ai toujours eu tellement peur, indique finalement la star de 70 ans, avant d’ajouter : “Et si on a peur, on met en danger l’équipe avec laquelle on est.”

A lire aussi : INTERVIEW – Jean-Pierre Pernaut : “La première chose que je fais après mon dernier JT ? Partir au soleil !”

Source: Lire L’Article Complet