Johnny Hallyday : sa Ferrari vendue aux enchères 270 000 euros

Samedi 26 septembre, l’ancienne Ferrari de Johnny Hallyday, si chère au cœur du rockeur, a été vendue aux enchères à un acheteur anonyme. Prix d’achat : 270 000 euros.

  • Johnny Hallyday

Samedi 26 septembre, à Solterre, dans le Loiret, c’était l’effervescence. Et pour cause, le garage Old Star, spécialisé dans l’entretien des voitures d’exception, organisait une vente aux enchères menée par Maître Baron, le commissaire-priseur. Sur les 114 lots mis en vente, l’un a particulièrement suscité l’intérêt des acheteurs. Il s’agissait en effet de l’un des anciens véhicules de Johnny Hallyday, une Ferrari.

Florian Meunier, aux manettes de l’établissement, explique ainsi à nos confrères de La République du Centre que cette Ferrari 512 TR, achetée en juillet 1994 à Levallois-Perret par le rockeur Johnny Hallyday, a ensuite été cédée en 1996 à son avocat, à la suite de “soucis avec l’assurance”. Entre ses bonnes mains depuis, le bolide rouge a ainsi été mis en vente ce week-end pour le plus grand plaisir des amateurs de mécanique et fans du chanteur. “Le tableau de bord est un peu usé : il s’agit de la trace des bagues de Johnny. Le téléphone est également d’origine” souligne encore Florian Meunier, non sans avoir mis en avant le bon état général du véhicule. Quant à son kilométrage (96 000 km), il laisse entrevoir encore de belles balades !

Une vente aux enchères qui n’était pas gagnée d’avance

Si l’acheteur, qui a souhaité rester anonyme, peut se targuer d’avoir remporté l’affaire pour la modique somme de 270 000 euros, hors frais, cela n’a pas été sans batailler âprement. Non seulement les mesures sanitaires liées à la COVID ont imposé un déroulement principalement à distance, mais malgré un prix de départ placé à 100 000 euros, les enchères sont rapidement montées jusqu’à 190 000 euros avant qu’elles ne flambent de nouveau jusqu’à 240 000 euros, où seuls trois acheteurs restaient en lice. Finalement, c’est à deux que la vente s’est terminée, 30 000 euros plus tard, sous le marteau du commissaire-priseur.

Peu avant la vente, Maître Baron avait confié à nos confrères de FranceBleu.fr que l’évènement s’annonçait intense mais que rien n’était joué d’avance. “J’ai beaucoup d’appels, il y a un engouement, au moins 200 inscrits déjà. Après, je ne sais pas du tout à quel prix elle va partir, ni même si elle va partir, car le propriétaire en attend un certain prix”.

Source: Lire L’Article Complet