Juan Carlos : les frais de son exil pris en charge par le contribuable espagnol ?

Depuis quinze jours, Juan Carlos a choisi la voie de l’exil, alors que la justice espagnole s’intéresse fortement à son cas. L’ex-roi est confortablement installé dans un luxueux hôtel à l’autre bout du monde. Mais une question reste : qui paie ?

Juan Carlos d’Espagne

Le 3 août dernier, l’ex-roi Juan Carlos a pris une décision radicale : quitter l’Espagne. Depuis le mois de mars, l’ancien souverain est sous le feu des critiques, et dans le viseur de la justice. Il aurait reçu, en 2008, 100 millions de dollars de la part du roi d’Arabie Saoudite Abdallah sur le compte, hébergé en Suisse, d’une fondation panaméenne. En juin dernier, la justice espagnole a ouvert une enquête sur cette affaire, qui fait tomber en disgrâce l’ex-roi, populaire quand il était au pouvoir. Pour éviter les “répercussions” sur son fils, l’actuel roi d’Espagne, Juan Carlos a choisi l’exil. Il a désormais élu domicile aux Emirats arabes unis.

“L’Espagne paie”

Selon la presse espagnole, relayée par Le Figaro, Juan Carlos s’est installé au Emirates Palace, un luxueux hôtel d’Abu Dhabi. Accusé de s’être enrichi de façon illicite, l’ex-roi n’a pas choisi la chambre la moins chère, puisqu’il loge dans une suite à 12 000 dollars la nuit. Reste une question : qui paie la facture de l’hôtel ? Cette question, les Espagnols se la posent. José Antonio Zarzalejos, ex-directeur du quotidien monarchiste ABC et éditorialiste à ElConfidencial.com, cité par Le Figaro, précise que certains frais sont bien, encore, à la charge du contribuable espagnol. “Il semble évident que l’Espagne paie la protection rapprochée du roi émérite, quatre membres de la garde royale. Un assistant personnel lui est également attribué, payé sur fonds publics, souligne le journaliste, avant d’ajouter : “Mais Juan Carlos ne reçoit plus de rétribution. Il est donc vraisemblable qu’il ne règle pas lui-même son déplacement ni sa manutention”. Sans l’affirmer, il laisse donc entendre que la facture du contribuable pourrait être alourdie par le paiement des nuitées de Juan Carlos. Pour sûr, les Espagnols demanderont bientôt des comptes. Et le mystère se dissipera.

Source: Lire L’Article Complet