Julien Clerc & Hélène Grémillon, les inséparables

Dix-sept ans déjà qu’ils ont fait le pari du duo. L’écriture pour elle, la musique, encore et toujours, pour lui : dans le travail, ils restent des solistes. A 73 ans, le chanteur sort son 26e album. Pour « Terrien », il a posé ses notes et sa voix sur des textes de Carla Bruni, Clara Luciani, Bernard Lavilliers ou encore Marc Lavoine. Hélène, elle, se charge de lui donner des ailes.

Paris Match. Dans votre nouvel album, vous consacrez une chanson à l’écologie, au retour à la terre. En souvenir de vos années à la campagne dans les années 1970 ?

Julien Clerc. Si j’ai eu cette vie très enrichissante à la campagne, c’est aussi parce qu’enfant, je passais un mois de vacances dans le Poitou avec mon père, ma belle-mère, mes frères et sœurs. Plus tard, dès que j’ai eu un peu d’argent, j’ai acheté la Métairie, dans l’Yonne, où je vivais la moitié du temps avec France [Gall], puis le château des Gouttes avec Miou-Miou. Je me faisais trimballer dans la carriole de M. Lavolée, qui me racontait les petits chemins de la Puisaye, et me parlait – déjà – des problèmes de l’eau. Cela dit, je ne regrette pas d’être revenu à la ville. J’ai toujours été mobile.

Lire aussi:Dans les archives de Match – Julien Clerc, son premier rendez-vous avec Match

Vous ne tenez pas en place ! Vous avez déménagé treize fois en dix-huit ans…

Cela vient encore, je pense, de ma petite enfance. Puisque j’ai été confié à mon père dès l’âge de 2 ans, j’ai été habitué aux allers-retours entre Bourg-la-Reine et la porte d’Orléans, où vivait ma mère. D’un côté on buvait du thé, de l’autre du café au lait. Deux mondes différents et assez hermétiques l’un à l’autre. Je ne parlais jamais chez mon père de ce qu’il se passait chez ma mère et inversement. J’ai toujours eu ce besoin, cette envie de partir du jour au lendemain si je le souhaitais.

Lire aussi:Julien Clerc, ses souvenirs de Jean-Loup Dabadie

C’est ce qui vous a poussé à vous installer à Londres en 2015 ?

L’Angleterre était un vieux rêve. Dès mes 14 ans, mon père a eu la bonne idée de m’y envoyer en stage linguistique. Ensuite, pour mes premières vacances de jeune adulte, je pars avec trois copains, à bord de ma Simca 1000, dans un caravaning center près de Brighton. Je vous laisse imaginer ce qu’on a fait… Dans ma carrière, je suis souvent allé travailler à Londres, j’ai fait des tournées avec des musiciens anglais. Donc, en 2014, quand on m’a proposé d’enregistrer là-bas, j’ai loué une maison pendant trois mois. Hélène a tout de suite aimé l’idée, je me doutais qu’elle s’y épanouirait intellectuellement, tout comme moi, d’ailleurs.

Hélène me dit : “Vous ne savez pas ce qu’est la dépression nerveuse et vous ne la comprenez pas.”

Ce furent cinq années de rêve ?

On a vécu dans une image rêvée de l’Angleterre en allant voir des spectacles, des comédies musicales. Nous avions l’impression d’être des touristes vivant à deux heures et demie de Paris. Notre fils, Léonard, était immergé dans le système anglais, j’ai ainsi pu lui offrir quelque chose qui lui servira plus tard, je l’espère. Et ce Covid nous est tombé dessus… Comme souvent, quand un truc grave arrive, on a envie de rentrer chez soi, dans son pays. On est partis à toute vitesse se confiner chez mes beaux-parents, puisque nous n’avions plus de maison en France. En juillet, nous avons pris la décision de rentrer à Paris. Je subodorais que les allers-retours avec l’Angleterre n’allaient plus être aussi simples…

Vous êtes partis à regret ?

Non. Tant que j’ai un piano et que je peux composer, tout va bien. Mais quand tout cela sera terminé, peut-être partirons-nous en Italie ou en Allemagne, pourquoi pas ? Je n’ai jamais vécu dans le ronronnement. Je note néanmoins que je ne suis pas un bon touriste. Aller me goberger au soleil, ça n’a jamais été mon truc. Je me souviens d’un voyage à Ceylan avec France. [Il rit.] J’ai fait une comédie pour rentrer le plus tôt possible, tellement j’étais mal à l’aise avec la plage, les grands hôtels…

J’ai ressenti le même malheur à chaque séparation, mais je me suis contenté d’en parler avec mes proches et mes amis.

La chanson “Comment tu vas ?” évoque la dépression. L’avez-vous déjà connue ?

Pas du tout. C’est ce que me dit Hélène : “Vous ne savez pas ce qu’est la dépression nerveuse et vous ne la comprenez pas.” C’est vrai que ce n’est pas mon genre. J’ai connu des échecs, mais je les ai avalés pour mieux rebondir. Quand il m’arrive un sale truc, mon premier réflexe est d’essayer de trouver la porte de sortie. Je n’ai jamais vécu de dépression. J’ai connu des déboires amoureux, mais jamais le noir absolu.

Vous n’avez jamais consulté de thérapeute ?

Une fois, quand France m’a quitté. J’ai eu la chance de tomber sur une femme issue d’une école où l’on parlait à son client. Elle m’a d’emblée donné la réponse que j’attendais. Elle m’a expliqué que le rapport à la mère était fondamental. J’avais vécu comme un abandon le fait d’être confié à mon père. Dès que je me retrouvais en situation d’abandon, je revivais la séparation originelle. C’était extrêmement clair. Pendant que je la payais, elle m’a dit : “On se revoit la semaine prochaine ?” J’ai dit : “Oui, oui.” Et je n’y suis jamais retourné.

Vos ruptures avec Miou-Miou ou Virginie ont été plus faciles à vivre ?

C’est la force de l’âge… J’avais 26 ans quand France est partie. J’ai ressenti le même malheur à chaque séparation, mais je me suis contenté d’en parler avec mes proches et mes amis. Hélène, qui lit beaucoup de bouquins sur la méditation, me dit souvent : “Vous méditez à votre façon.” Les leçons de chant, par exemple, ne me servent pas seulement à muscler ma voix. C’est un travail sur moi-même, comme le yoga que j’ai pratiqué par Zoom pendant le confinement.

Ma madeleine de Proust, c’est le court-bouillon de poisson que cuisinait mon grand-père

Marc Lavoine vous a écrit un texte sur vos racines guadeloupéennes. C’est un thème que vous avez revendiqué tardivement…

Vidéo: GALA VIDEO – Nicoletta a vécu une expérience de mort imminente : “Pendant des années, je n’en ai pas parlé” (Gala)

  • GALA VIDEO – Ivana Trump : l'impitoyable femme d'affaires devenue millionnaire grâce à son divorce avec Donald Trump

    Gala

  • GALA VIDEO – Meghan Markle enceinte : comment elle a gardé ce « solide secret " pendant des mois

    Gala

  • VIDÉO – "Soi-disant elle s'est fait violer" : Nathalie Marquay-Pernaut choque dans TPMP

    Gala

  • GALA VIDEO – Marc Lavoine : qui est Line Papin, sa jeune épouse de 25 ans ?

    Gala

  • GALA VIDEO – Hillary Clinton scandalisée : elle s'insurge sur Twitter

    Gala

  • GALA VIDEO – Fureur royale – Meghan Markle et Harry : leur pied de nez « horriblement irrespectueux "

    Gala

  • GALA VIDEO – « Je suis révolté " : Patrick Poivre d'Arvor se livre sur ces « douloureuses attaques "

    Gala

  • GALA VIDEO – La princesse Eugénie dévoile le prénom de son fils et d'adorables photos

    Gala

  • GALA VIDEO – Le prince Charles jeune et élégant : ces images de nouveau dévoilées pour un bel anniversaire

    Gala

  • GALA VIDEO – Mohammed VI du Maroc: qui est sa nièce Lalla Nouhaila qui vient de se marier ?

    Gala

  • GALA VIDEO – Isabelle Balkany : sa nouvelle carrière télé finalement en suspens ! À cause du bracelet électronique ?

    Gala

  • GALA VIDEO – « Mon père pleurait dans mes bras " : ce que Serge Lama n'a jamais pardonné à sa mère

    Gala

  • GALA VIDEO – Hélène de Fougerolles : cet « enfer " que l'actrice a vécu pendant trois ans et demi

    Gala

  • GALA VIDEO – "De la foutaise !" : tension entre Fabrice Di Vizio et Martin Blachier sur le couvre-feu

    Gala

  • GALA VIDÉO – Kim Kardashian demande le divorce d'avec Kanye West.

    Gala

  • GALA VIDÉO – "Un second tour Eric Zemmour Marine Le Pen" : Caroline Fourest n'exclut rien pour 2022

    Gala


  • GALA VIDEO – Ivana Trump : l'impitoyable femme d'affaires devenue millionnaire grâce à son divorce avec Donald Trump
    GALA VIDEO – Ivana Trump : l'impitoyable femme d'affaires devenue millionnaire grâce à son divorce avec Donald Trump


    Gala


  • GALA VIDEO – Meghan Markle enceinte : comment elle a gardé ce « solide secret " pendant des mois
    GALA VIDEO – Meghan Markle enceinte : comment elle a gardé ce « solide secret " pendant des mois


    Gala


  • VIDÉO – "Soi-disant elle s'est fait violer" : Nathalie Marquay-Pernaut choque dans TPMP
    VIDÉO – "Soi-disant elle s'est fait violer" : Nathalie Marquay-Pernaut choque dans TPMP


    Gala

« Terrien » (Play Two). En tournée à partir du 1er décembre.

Source: Lire L’Article Complet