Kelly Vedovelli (TPMP) : le harcèlement sexuel "affligeant" subi au festival de Cannes

Dans Touche pas à mon poste, diffusé mardi 6 octobre 2020 sur C8, la chroniqueuse Kelly Vedovelli a confié avoir subi du harcèlement sexuel alors qu’elle se rendait au festival de Cannes.

  • Cyril Hanouna

Une expérience traumatisante pour la chroniqueuse. Sur le plateau de Touche pas à mon poste diffusée sur C8 ce mardi 6 octobre 2020, l’heure était aux confidences… et pas des moindres. En effet, Cyril Hanouna a accueilli la chanteuse Romane Serda, ancienne compagne du chanteur Renaud, qui est revenue sur l’une des épreuves les plus douloureuses de sa vie. Inspirée par le courage de l’invitée du jour, la chroniqueuse Kelly Vedovelli a ouvert son coeur en racontant à son tour un souvenir des plus traumatisants. Sans détour, le regard glaçant, la grande amie de Cyril Hanouna s’est replongée quelques années en arrière alors qu’elle se rendait au festival de Cannes.

Une proposition sexuelle “affligeante” proposée au festival de Cannes

Avant de pouvoir monter les marches du tapis rouge, Kelly Vedovelli s’est assurée qu’elle serait rayonnante de la tête aux pieds. Pour cela, l’ancienne DJ s’est rendue dans une bijouterie avec un homme dont on ignore l’identité. Une anecdote à priori banale qui s’est malheureusement mal finie : “C’est un souvenir assez affligeant. On m’a amené chez un bijoutier et on m’a mis un collier autour du cou. Normalement, c’est pour monter les marches et là on m’a dit : ‘Et bien tu peux le garder mais ce soir il faut que tu prennes soin de moi…’“, a-t-elle raconté, encore choqué d’une telle proposition. Sur le plateau, c’est la stupeur générale.

Après un long silence assourdissant, Romane Serda lui demande quelle a été sa réaction. Là encore, au moment de répondre, Kelly Vedovelli semble sous le choc : “J’ai paniqué… Je me suis dit : ‘Mais où est-ce que j’ai mis les pieds ? J’ai eu très très peur pour moi, je n’ai pas su quoi répondre… J’ai enlevé le truc et je suis partie en courant, j’ai rejoint mes copines et j’ai dit : ‘Il y a un truc qui craint, il faut qu’on s’en aille.'” Une proposition intolérable que la chroniqueuse a qualifié “d’affligeante”.

Source: Lire L’Article Complet