« La stratégie de la carotte et du bâton » : pourquoi Emmanuel Macron durcit le ton

Ce lundi 13 juillet, Emmanuel Macron donnait des directives de sortie de crise sanitaire dans une allocution enregistrée diffusée à la télévision.

Il est 20 heures. L’hymne national retentit à la télévision avant de se fondre sous les premières phrases d’Emmanuel Macron. Cette allocution enregistrée du président de la République a un but précis : celui de convaincre les réticents à se faire vacciner contre le Covid-19. Un ministre interviewé par le Parisien ce lundi 12 juillet explique que le président de la République applique “la stratégie de la carotte et du bâton”. Une stratégie qui ne tarde pas à être confirmée : pour les Français non vaccinés, les activités pourraient largement se réduire. La première annonce était prévisible, tous les soignants travaillant à domicile ou dans le milieu hospitalier devront impérativement être vaccinés. Dès le 15 septembre, tout soignant non vaccinés sera sanctionné. “L’équation est simple, plus nous vaccinerons, moins nous laisserons d’espace au virus” a expliqué le Président, la seule vaccination des soignants est donc insuffisante.

Quelques minutes plus tard, Emmanuel Macron explique l’élargissement du pass sanitaire. Dès le 21 juillet, il sera obligatoire pour accéder aux lieux de loisirs et de culture rassemblant plus de 50 personnes. Et dès le début du mois d’août, il sera obligatoire pour se rendre dans les lieux de vie : les cafés, les bars, les restaurants, les centres commerciaux, les trains, les avions… Sans le pass sanitaire, ou sans test PCR négatif récent, il ne sera plus possible de participer à la vie locale. Pour encourager à la vaccination et diminuer les coûts pour l’Etat, les tests PCR ne seront plus remboursés dès le mois d’octobre, sauf pour les cas contacts ou les personnes présentant des symptômes du Covid-19.

Rétropédalage des mesures sanitaires

Ces restrictions n’étaient pourtant pas au programme initial du président de la République. En avril dernier, il confiait au Parisien que “Le pass sanitaire ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français. Il ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas.“ Si la décision opposée a dû être annoncée hier soir, la sévérité du variant Delta en est la seule responsable. Depuis plusieurs semaines, quelques départements sont largement touchés par le variant du coronavirus, et certains dépassent même le seuil d’alerte. En Martinique et à la Réunion, Emmanuel Macron annonçait d’ailleurs hier soir, le retour du couvre-feu.

Si deux départements sont déjà touchés par de nouvelles restrictions pour endiguer la propagation du Covid-19, d’autres départements pourraient subir le même sort, comme dans les Pyrénées-Atlantiques, l’Hérault ou encore plusieurs départements de l’Île-de-France où le taux d’incidence est supérieur à 50. Mais les restrictions que nous avons connues comme la fermeture des magasins non-essentiels, des restaurants et l’instauration du couvre-feu pourraient cette fois-ci être différentes. Emmanuel Macron l’a annoncé hier, son but est de “reconnaitre le civisme, et faire porter les restrictions sur les non vaccinés plutôt que sur tous.” Ces annonces n’ont pas tardé à convaincre de nombreux Français, le patron du site Doctolib annonçait qu’hier soir, il recensait 926 000 prises de rendez-vous pour la vaccination.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet