Lara Fabian révèle avoir été victime de harcèlement sexuel : “Ça a été dur”

Lara Fabian vient de se joindre au mouvement #MeToo. Lors d’une interview accordée à nos confrères d’Ici Radio-Canada, le 23 octobre 2020, la chanteuse s’est livrée pour la toute première fois sur le harcèlement sexuel qu’elle a subi au cours de sa carrière.

  • Lara Fabian

L’un des plus gros problèmes du harcèlement sexuel, c’est son omniprésence dans notre société. Dans la rue, dans le métro, dans la sphère privée… et bien sûr, dans le cadre professionnel. En 2018, un tiers des femmes se disaient victimes de harcèlement sexuel au travail. Et malheureusement, aucun secteur d’activité n’y échappe. Et certainement pas le monde des paillettes et des tapis rouges. Parmi nos stars préférées, surtout depuis le début des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc, nombreuses sont celles à être sorties du silence pour dénoncer ces actes. Sophie Marceau, Fabienne Carat, Camille Cerf, Laetitia Casta, Evelyne Thomas, Christine Kelly ou encore Anne-Sophie Lapix, toutes ont décidé d’élever leur voix pour combattre cette injustice. Cette fois-ci, c’est au tour de Lara Fabian de faire quelques révélations inattendues.

“Je l’ai dénoncé”

Le vendredi 23 octobre 2020, la chaîne québécoise Illico Club diffusait un documentaire inédit consacré la chanteuse, sobrement intitulé Lara. À cette occasion, l’épouse de Gabriel Di Giorgio a accepté de se confier au journaliste d’Ici Radio-Canada Kevin Sweet. Alors que le Québec a récemment été frappé par une vague de dénonciations de harcèlement et d’agressions sexuelles, Lara Fabian a été invitée à donner son avis sur le mouvement #MeToo. La star a ainsi révélé, pour la toute première fois, avoir elle aussi subi des comportements déplacés de la part de la gent masculine. “Je l’ai vécu, de très près. Et je n’en ai jamais parlé, même pas dans le documentaire”, indique-t-elle avant de revenir sur cette douloureuse période de son passé : “Je crois qu’il y a, en tant que femme, parfois, un prix que l’on est prête à payer au nom de certains rêves. Mais au moment où on s’apprête à payer ce prix, on n’imagine pas l’ampleur de la douleur.” Pourtant, comme l’on pouvait s’y attendre, cela n’a pas été facile pour la chanteuse.

Moi je l’ai vécu et j’ai appuyé sur le bouton stop. Ça a été dur, parce qu’il y a eu des conséquences. Des grosses conséquences”, confie-t-elle sans toutefois plus de détails. L’interprète de Je t’aime a en revanche indiqué qu’elle avait parfois préféré renoncer à des opportunités professionnelles plutôt que de céder : “Pour moi, la conséquence à l’endroit de qui je suis en tant que femme aurait été beaucoup plus grave que de ne pas être capable d’accomplir certaines choses”. Et finalement, Lara Fabian se dit aujourd’hui très fière de ce choix. “Je suis capable de me dire que je ne suis pas rentrée dans cette omerta, je ne l’ai pas acceptée, je l’ai dénoncée face à la personne elle-même”, se félicite-t-elle désormais. “J’avoue qu’à l’époque, il y a 25 ans, ça aurait été très compromettant d’aller crier sur tous les toits ce qu’il venait de se passer. On m’aurait tout simplement traitée de folle. Ou bien on aurait juste inversé la vapeur”, indique la star belgo-canadienne, consciente (et certainement ravie) que la peur ait changé de camp ces dernières années. “Mon seul pouvoir à ce moment là, c’était de dire non, conclut finalement Lara Fabian.

Source: Lire L’Article Complet