Laurent Ruquier : il exprime son mécontentement contre l'incohérence du gouvernement

Laurent Ruquier ne décolère pas contre le gouvernement et les mesures imposées pour freiner l’épidémie de coronavirus. L’animateur a poussé un violent coup de gueule sur RTL.

  • Laurent Ruquier

L’exécutif est sous pression face au rebond de l’épidémie de coronavirus. La situation sanitaire se dégrade depuis quelques semaines, poussant Emmanuel Macron et Jean Castex à prendre des mesures contraignantes dans certaines métropoles et plusieurs départements. Mais, cette stratégie impopulaire entraîne une certaine défiance dans l’opinion, beaucoup de Français ne savant plus sur quel pied danser avec ce virus. Parmi les mécontents des interventions du gouvernement figure Laurent Ruquier, qui s’est fait le porte-parole de tous les sceptiques. Une première fois sur le plateau de C à vous, le 28 septembre, en soutien de Nicolas Bedos. “On fait attention. Ce n’est pas vrai que les Français ne suivent pas les consignes ! (…) Qu’est-ce qu’on attend de plus de nous ? Et surtout il n’y a pas de cohérence dans les décisions qui sont prises. Il faut quand même aussi laisser vivre les gens et la société. Ce n’est pas possible ce qu’on nous impose ! Je vous jure, ce n’est pas possible !”, avait-il lancé sur France 5. Puis, ce lundi 12 octobre, où il en a remis une couche au micro des Grosses Têtes sur RTL.

“Je ne supporte pas les incohérences”

Le chef d’orchestre du talk-show a reçu le coup de fil d’un auditeur qui tient un bar et qui a bien du mal à s’y retrouver entre tous ces revirements de situation. “Vous faites croire évidemment, comme dans tous les bars en ce moment, qu’ils font resto…”, lui a t-il conseillé, en riant, décontenancé par ce flou juridique. “Non, mais c’est un truc génial… En fait, moi j’en ai marre, je veux bien qu’on porte les masques, j’ai aucun problème, mais ce que je ne supporte pas, ce sont les incohérences ! Et il n’y a que ça !” Il a poursuivi son argumentaire par une anecdote personnelle, lors d’une escapade parisienne pour voir la nouvelle pièce de Véronique Genest. Un simple stylo a été l’objet d’un crise-majesté, selon lui. “Alors que les gens, il y a quatre ou cinq mois étaient quand même totalement maniaques que l’idée qu’il ne fallait surtout pas toucher quelque chose que quelqu’un avait déjà touché ! Là, le stylo passe de table en table, tout le monde signe sur le cahier. Mais quand va-t-on arrêter toutes ces conneries, qui font dépenser du pognon pour rien ? Mais vraiment ! On est dans la folie la plus totale !” Son coup de gueule sera-t-il entendu par Emmanuel Macron ?

A lire aussi : Laurent Ruquier (“On est en direct”) : l’erreur qu’il souhaite éviter avec sa nouvelle émission

Nos meilleurs conseils chaque semaine par mail pendant 2 mois.
En savoir plus

Source: Lire L’Article Complet