Le Pr Delfraissy dénonce des « pressions » sur l’hydroxychloroquine

Le débat sur l’hydroxychloroquine pourrait bien reprendre de plus belle après la mise en ligne de documents confidentiels dans lesquels le Pr Delfraissy affirme avoir reçu des “pressions”.

Souvenez-vous, au printemps 2020, un spécialiste de la santé sortait de sa réserve et assurait que le coronavirus pouvait être soigné en utilisant de l’hydroxychloroquine. C’était Didier Raoult. L’utilisation de ce médicament a fait débat, certains assurant qu’il n’était d’aucune efficacité contre la Covid-19, et d’autres à l’instar de Donald Trump, prétendant que c’était le seul recours pour en venir à bout. Mais voici que des milliers de pages d’un document confidentiel a été révélé par BuzzFeed News. On peut y lire des échanges de mails entre le Professeur Delfraissy et l’immunologue américain Anthony Fauci, qui a été nommé conseiller de Donald Trump entre janvier et juin 2020, lorsque la pandémie a mondialement explosé.

Ainsi, en page 1841, on peut lire un mail de Jean-François Delfraissy, en date du 25 mars 2020. Soit quelques jours seulement après le début du premier confinement en France. Il y annonce reprendre du service à cause du Covid-19, et qu’il va diriger le Conseil scientifique. Plus marquant, celui qui n’a pas caché connaître des tensions avec Emmanuel Macron glisse quelques mots sur “le buzz médiatique depuis l’annonce faite par le Docteur Didier Raoult à propos de l’efficacité de l’hydroxychloroquine“. Il assurait que les données fournies par celui qui dit avoir un QI de 180 n’étaient “pas particulièrement convaincantes“. Et de dénoncer une pression politique énorme pour autoriser l’hydroxychloroquine et la donner à tout le monde”. Et que le Pr Delfraissy explique à Anthony Fauci que de son côté, il “résiste“.

Une pression sociale ?

Le fait que ces documents confidentiels soient révélés a faire naître une vague de panique. Si le professeur Delfraissy avait succombé aux pressions, l’hydroxychloroquine aurait pu être administrée à tous ? Auprès de nos confrères de BFMTV, un proche du médecin a tenu à faire une mise au point. “Il faut se rappeler du contexte de l’époque, avec des pressions de tous bords pour libéraliser l’usage de l’hydroxychloroquine : intellectuels de droite comme de gauche, politiques qui déclaraient avoir été sauvés ou qui relataient que des amis avaient été soignés avec ce traitement…” a estimé la personne interrogée.

Crédits photos : Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet