Le prince Andrew accusé d’agression sexuelle : pourquoi il ne veut pas quitter Balmoral

Grand ami du milliardaire Jeffrey Epstein, écroué pour viols sur mineures en 2019, le prince Andrew est lui aussi accusé nommément d’agression sexuelle depuis cette même année. Depuis la plainte déposée à son encontre, l’accusé s’est isolé au château de Balmoral. Pour quelle raison ?

Virginia Guiffre, désormais âgée de 38 ans mais à l’époque des faits âgée de seize ans, affirme avoir été abusée à trois reprises entre 2000 et 2002 par le deuxième fils d’Elizabeth II. Depuis la plainte de la victime supposée le 10 août, le prince Andrew se terre au château de Balmoral en Écosse. Mercredi 15 septembre, le tabloïd The Sun divulgue que cet isolement relève d’une injonction. Une sommation d’éloignement qui laisserait le champ libre à ses avocats pour préparer l’offensive. Niant tout acte répréhensible, l’homme de 61 ans a choisi d’opter pour la stratégie de l’autruche. “Il semble déterminé à rester hors de portée et empêche quiconque de signer les papiers“, révèle le média britannique.

L’accusatrice et ses défenseurs ont 120 jours pour présenter les documents de la plainte au présumé coupable. Passé ce délai, si le contact n’a pas été noué, l’affaire pourrait être envoyée dans les limbes judiciaires. Les représentants du frère du prince Charles n’auraient pas été les seuls à lui suggérer de se réfugier dans le manoir des Windsor, Elizabeth II l’aurait elle-même conseillé. L’expert royauté du Sun, Nigel Cawthorne, affirme qu’il s’agit d’une manière sournoise de sortir de cette affaire.

Encore plusieurs semaines supplémentaires à Balmoral

Alors que le Daily Mirror expliquait, dimanche 15 août, qu’il pourrait rester à Balmoral “pendant des mois sans sortir“, le fils de la reine n’a depuis été aperçu que lors d’une balade à cheval dans le domaine. Le membre de la famille royale avait alors été photographié souriant, ce qui corrobore les rumeurs d’un comportement “tellement effronté que cela en est incroyable“, relayées par The Sun. Selon le journal, il continuerait à vivre “comme si de rien était“, se fiant aveuglément à son équipe juridique et ses tactiques pour faire couler l’affaire.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Agence / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet