Le Saut du diable : Philippe Bas a-t-il eu recours à une doublure pour escalader les montagnes ?

Philippe Bas compte bien impressionner les téléspectateurs dans Le Saut du diable. Au programme : paysages et cascades à couper le souffle. Mais le comédien a-t-il lui-même tourné les scènes d’escalade ?

Philippe Bas

Après Profilage, Philippe Bas fait le grand saut sur TF1. Ce jeudi 17 juin dès 21h05, le comédien est la tête d’affiche de la nouvelle création de la première chaîne : Le Saut du diable. Dans cette fiction, celui qui incarnait le commandant Thomas Rocher s’est glissé dans la peau du personnage de Paul Vilar, un ancien officier des Forces Spéciales et grand spécialiste de la survie et des sports extrêmes. Sa vie va basculer lorsqu’il va faire une randonnée en montagne avec sa fille. Séparé de sa femme, il va profiter de cette petite escapade pour se rapprocher de l’adolescente mais rien ne va se passer comme prévu. La demoiselle va être témoin d’un meurtre. Le père et la fille vont alors être poursuivis par des passeurs qui vont tout faire pour les faire taire.

J’ai fait le téléfilm sans recourir à une doublure

On imagine déjà Philippe Bas, tout en muscles et transpirant, se battre à mains nues et faire des cascades à en faire tourner la tête. Et c’est exactement ce que vont voir les téléspectateurs. Pour ce rôle très physique, l’acteur de 47 ans n’a d’ailleurs rien laissé au hasard puisqu’il est coproducteur de ce téléfilm. “En réalité, c’était davantage pour apporter à la dimension artistique, a-t-il confié à Télé-Loisirs. J’ai pu, par exemple, proposer un coordinateur de cascades que je connais très bien, j’ai aussi pu aller en repérages sur les lieux de tournage afin de pouvoir exprimer certaines envies. C’était important que je puisse apporter mon expérience du métier.” Et pour sa prestation dans cette fiction, l’ex de Lorie s’est inspiré de l’aventurier Mike Horn. Il a beaucoup donné de sa personne et a suivi un entraînement très spécial pour bluffer son public.

Alors courir et me battre, ce n’est pas trop un problème, j’avais l’habitude de ça dans mes précédentes séries. J’ai surtout dû travailler sur la notion du vide“, a-t-il expliqué. Philippe Bas a alors fait appel à la brigade d’intervention de Paris pour être initié à “la descente en rappel dans tous les sens“. “J’ai escaladé certains monuments de Paris à mains nues, puis je les ai descendus en rappel, a-t-il révélé. C’est sympa de mouiller le maillot et, grâce à cet entraînement, j’ai fait le téléfilm sans recourir à une doublure. Mais attention, je ne suis pas Tom Cruise ! Je ne suis pas encore capable de piloter un hélicoptère ! [Il rit]” Le prochain défi ?

Source: Lire L’Article Complet