Leonor d’Espagne à l’origine d’un licenciement abusif : l’affaire qui passionne son royaume

Retour en Espagne mouvementé pour Leonor, la fille aînée de Letizia et Felipe VI. A l’origine du licenciement d’un contributeur de la chaîne TVE en 2021, la princesse héritière, qui vient de terminer son année scolaire au Pays de Galles, voit son nom à nouveau mêlé à l’affaire…

A propos de


  1. Leonor d’Espagne

Après son année de pensionnat au pays de Galles, elle pouvait rêver d’un meilleur comité d’accueil, dans son royaume natal. A peine rentrée de l’UWC Atlantic College, où l’élite internationale est formée à la dure, ce 18 juin, Leonor d’Espagne est rattrapée par une polémique. Il ne s’agit pas de son absence au 18e anniversaire de la princesse Ingrid Alexandra de Norvège, récemment célébré avec le gotha européen. Il n’est pas question non plus de ses plans pour cet été, qu’elle préfèrerait passer avec des amis plutôt qu’avec ses parents. La princesse héritière de 16 ans se trouve au coeur d’un jugement pour licenciement sur lequel la Cour Suprême de Madrid vient de statuer.

En février 2021, TVE, chaîne espagnole sur laquelle sa mère Letizia officiait en tant que journaliste avant de tomber amoureuse de son père Felipe VI, a mis fin au contrat de Berni Barrachina, contributeur du magazine d’actualités La hora de la 1. Le tort de ce trentenaire? Avoir introduit un reportage sur l’inscription de Leonor à l’UWC Atlantic College avec le bandeau « Leonor quitte l’Espagne, comme son papi ». Allusion grinçante à l’exil de Juan Carlos à Abu Dhabi. Sous la pression du palais et des parti conservateurs Vox et PP, la directrice de la TVE, Rosa Mario Mateo, a réglé le sort de l’insolent sans préavis. Tollé sur Twitter. Réaction d’abord résignée – et toujours aussi acide – de Berni Barrachina : « On m’a viré, comme le papi de Leonor. »

Me han despedido, como al abuelo de Leonor pic.twitter.com/UxHgW9eUfV

Un jugement cassé et 10 000 euros de dédommagement pour licenciement abusif

L’affaire n’en est pas restée là. Après avoir entériné ce licenciement en septembre dernier, la Cour Suprême de Madrid vient finalement de le déclarer nul et non avenu. Mieux pour Berni Barrachina : sa réintégration au sein de la TVE et une indemnisation de 10 000 euros pour licenciement abusif ont été ordonnés. Alors que la monarchie espagnole est actuellement passée au crible par une série-documentaire sans concession, diffusée sur la plateforme ATRES, la Cour Suprême de Madrid a statué que le bandeau de Berni Barrachina était « inapproprié », mais qu’il n’était pas « injurieux » pour la princesse Leonor, ni pour l’institution monarchique.

Toujours aussi impertinent, Berni Barrachina n’a pas manqué de réagir sur Twitter avec un nouveau trait d’esprit : « La justice me protège, comme le papi de Leonor. » Référence assez explicite à l’abandon de poursuites contre le vieux roi pour corruption, détournement de fonds et fraude fiscale. Les problèmes d’argent persistants du grand-père de Leonor lui inspireront-ils une nouvelle vacherie? A suivre..

La justicia me protege, como al abuelo de Leonor. pic.twitter.com/iMCcup4DpY

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet