« L’heure est trop grave » : Olivier Véran refuse la polémique avec les soignants

Au micro de France Inter, Olivier Véran a tenté d’éteindre la polémique sur les nouvelles mesures face au Covid, qui ont dégradé un peu plus les relations entre l’exécutif et les soignants.

A propos de


  1. Olivier Véran

La tension grimpe encore d’un cran. Invité à fournir un nouvel “effort” par Emmanuel Macron, lors de l’annonce des nouvelles mesures face à la troisième vague de Covid, le personnel soignant grince des dents. Ce qui a poussé le ministre de la Santé à tenter d’apaiser la situation sur France Inter : “Nous allons tenir ensemble, y compris à l’hôpital. Le reste… Je crois que l’heure est trop grave, a-t-il assuré, refusant d’entrer dans la polémique. Les Français, que nous soyons politiques, que nous portions une blouse ou une écharpe tricolore, attendent de nous que nous travaillions ensemble. C’est ce que nous avons toujours fait depuis 13 mois et c’est ce que je continuerai à faire“.

Mais chez les macronistes, tout le monde n’est pas sur la même ligne. Le député LREM Florian Bachelier a ainsi accusé Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), d’être “le directeur de campagne de Madame Hidalgo”, comme l’a rappelé Léa Salamé au ministre. “J’ai besoin de travailler en confiance, a éludé le compagnon de Coralie Dubost. Je remercie les soignants pour leur engagement. Je les soutiens. Ils ont le droit d’avoir des opinions. Ils ont le droit d’avoir des idées et leurs craintes. Je leur dis juste travaillons ensemble et fixons nous l’objectif partagé de faire en sorte de soigner tous les Français qui en ont besoin“, a-t-il réclamé, alors que le corps hospitalier demande un confinement plus strict de la population depuis des mois.

Face aux critiques des soignants – @olivierveran : "Le pic épidémique est devant nous, il est n’est pas très loin j’en suis convaincu et donc nous allons tenir ensemble y compris à l’hôpital" #Covid #le79Inter pic.twitter.com/ZOBNKk2SAQ

“Le pic épidémique est devenant nous”

Olivier Véran, particulièrement critiqué par le Dr Martin Blachier, qui lui reproche de tarder à déployer des autotests, se veut beaucoup plus optimiste sur la situation. Grâce aux nouvelles restrictions, avec un confinement élargi et la fermeture des écoles pendant trois semaines, le ministre de la Santé estime que “le pic épidémique est devant nous, il n’est pas très loin“. Réponse dans quelques jours.

Crédits photos : Capture France Inter

Autour de

Source: Lire L’Article Complet