Line Renaud victime d'un AVC : elle raconte le calvaire de sa rééducation et ces moments humiliants

Line Renaud l’avoue : elle a menti et a été victime d’un AVC. C’est dans la plus grande discrétion qu’elle a suivi une très longue rééducation. Un calvaire pour la comédienne qui a connu quelques moments humiliants pour elle.

En avril 2019, Line Renaud révélait avoir été hospitalisée après une grosse blessure à la cheville qu’elle disait provoquée par son chien. Un accident inventé de toute pièce pour cacher une triste vérité comme elle le révèle dans l’édition de Paris Match de ce jeudi 24 septembre. Il y a plus d’un an, la comédienne a en fait été victime d’un AVC. “Je l’avoue, je suis assez mal à l’aise avec ce mensonge. J’au eu un petit AVC. Je m’en suis bien sortie, mais j’étais tout de même sonnée“, a-t-elle confié. Effrayée qu’on ne lui confie plus de rôle, Line Renaud s’est donc plongée dans le silence pour se concentrer sur sa très longue rééducation. Outre une cheville cassée pour laquelle elle a eu le droit a des plaques, vis ou encore des broches, l’artiste de 92 ans a bien eu du mal à se remettre de son AVC qui a lourdement touché sa main droite. “Ça c’était dur ! J’ai dû réapprendre les petits gestes simples. Empiler des boîtes minuscules, trier des perles. Ah, les perles ! Vous devez prendre une perle, en attraper une autre, puis une troisième“, a-t-elle raconté.

“C’est humiliant d’être infantilisée”

Mais le pire pour la star a été l’humiliation qu’elle a ressentie. “Ma première ergothérapeute me parlait comme à une enfant, ou plutôt comme à une débile mentale : ’Oh ! C’est bien, madame Fleur, vous avez mis la perle sur la perle. Vous vous rendez compte du progrès ? Bravo ! Comment je m’appelle madame Fleur ? Quel jour sommes-nous ?’ Je n’e pouvais plus de l’entendre. C’est humiliant d’être infantilisée.” Inquiète de ne plus pouvoir marcher à nouveau ou encore travailler comme avant, Line Renaud “a eu des moments de grande inquiétude” surtout qu’elle a “beaucoup souffert d’être dépendante.

Ne pas pouvoir bouger d’un mètre sans qu’on m’aide. Etre nue, lavée…, ma pudeur a pris un coup mais on s’habitue. Pour les douches quotidiennes Eddy m’aidait. La première fois que j’ai été nue devant lui, je lui ai dit : ’Prenez une photo de mes fesses !’ Et puis, au fil des jours, il m’a mis à l’aise. J’avais surtout beaucoup de mal à trouver le sommeil. Au lit à 20h30, levée à 6 heures, l’heure où j’allais habituellement de me coucher, ça ne m’était pas arrivée de toute ma vie ! Pour m’endormir, on m’a appris à compter de 100 à 0, à l’envers. Ça marche pas mal ! L’inaction, ça n’est pas du tout moi; mais, au final, je l’ai plutôt bien acceptée.” Durant cette hospitalisation, Line Renaud a également souffert que sont téléphone soit “confisqué”, n’ayant droit qu’à une heure le soir sur son portable. Un calvaire désormais loin derrière elle.

Source: Lire L’Article Complet