“Ma fille met plus de ton…” : François Ruffin se paye le discours d’Elisabeth Borne

Ce mercredi 6 juillet, Élisabeth Borne s’est prêtée à l’exercice du discours de politique générale devant l’Assemblée nationale. Une prestation que François Ruffin n’a semble-t-il pas apprécié. Interrogé par BFMTV, le député Nupes n’a pas été tendre avec la Première ministre, moquant une « allégorie de l’ennui ».

A propos de


  1. François Ruffin


  2. Elisabeth Borne


  3. Mathilde Panot

« Sans passion », « chloroforme » … François Ruffin n’a pas mâché ses mots pour juger le discours de politique générale d’Élisabeth Borne. Abordé par BFMTV à la sortie de l’hémicycle ce 6 juillet, le député LFI de la Somme a affirmé sans détour s’être tout bonnement ennuyé. « On a une espèce d’allégorie de l’ennui qui est à la tribune de l’Assemblée nationale », a-t-il d’abord déploré, avant de railler les talents d’oratrice de la cheffe du gouvernement : « Je pense que ma fille met plus de ton, je l’espère du moins, quand elle récite sa poésie en classe ». Une remarque cinglante qu’il a ensuite précisée : « elle décline sans passion son programme d’action pour la France », a-t-il poursuivi. Aussi, à défaut de « langue de bois », François Ruffin a regretté la « langue chloroforme » d’Élisabeth Borne. Un retour acerbe que l’homme politique a par la suite expliqué.

Car, en réalité, pour l’élu, l’apparente tiédeur du discours de la Première ministre cache « une grande violence ». Tandis que les grandes fortunes françaises se gavent, souligne-t-il, « Madame Borne ne prononce pas le mot ’dividendes’, pas le mot ‘bénéfices’, pas le mot ‘profits’, tout ça n’existe pas », pointe-t-il encore au micro de la chaîne. L’accusant de passer sous silence un « gavage » sans précédent, François Ruffin admet qu’il aurait souhaité qu’Élisabeth Borne complète les mots du Président, qui, lors du G7, a dénoncé les « profiteurs de guerre », sans plus de précisions. Industrie pharmaceutique, grande distribution, énergie… « C’était le moment de les mettre à l’amende », estime-t-il.

💬 "Je pense que ma fille met plus de ton quand elle récite sa poésie en classe"

François Ruffin (@Francois_Ruffin) réagit au discours d'Élisabeth Borne ⤵ pic.twitter.com/ow5OWvKCXx

>> PHOTOS – Remaniement : découvrez les ministres du nouveau gouvernement

Après François Ruffin, la charge de Mathilde Panot

Du côté de l’opposition, les retours sur le discours d’Élisabeth Borne ne se sont pas fait attendre. Manque de « confiance » de la part du RN, « ligne rouge franchie » pour Fabien Roussel… Le refus de la Première ministre de se soumettre à un vote de confiance de l’Assemblée a généré de vives critiques à l’encontre de cette dernière. Dont celles de Mathilde Panot : « Vous avez choisi la fuite », a notamment accusé la présidente du groupe LFI dans l’hémicycle, qualifiant la cheffe du gouvernement de « rescapée » – des législatives et du remaniement.

En conséquence, la députée du Val-de-Marne a annoncé le dépôt d’ « une motion de défiance [censure, ndlr] » – comme prévu par Nupes – à l’encontre du gouvernement d’Élisabeth Borne. « Vous avez piétiné le vote des Français : votre stratégie, c’est sauve-qui-peut, et vous êtes prêts à tout. Jamais de compromis mais toutes les compromissions », a asséné l’élue depuis la tribune de l’Assemblée. Pour être déposée, la motion devra récolter les signatures d’au moins un dixième des membres de l’Assemblée nationale, soit 57 élus, rappelle 20 Minutes.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Christophe Clovis / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet