Maître Gims dans une secte islamiste… Il dit tout !

Que de révélations !

Netflix va sortir un documentaire intitulé « Gims » d’une heure trente où le rappeur a été suivi pendant presque deux ans avant qu’il ne remplisse le Stade de France. « Je serai le premier Africain et premier rappeur, chanteur urbain à avoir fait le stade. Il y avait une chance sur combien ? Il y avait une chance sur combien ? », lâche-t-il de sa voix grave. On y retrouve sa femme, Demdem, son frère Dadju mais également Orelsan et Omar Sy.

Eric Hannezo, patron de la société de production française Black Dynamite expliquait : « Le tournage s’est étalé sur presque deux ans, jusqu’à son Stade de France, il y a un an, comme point final, raconte le journaliste. On l’a rencontré et on est très vite parti en tournage car une dizaine de jours après le premier vrai contact, il y avait une possibilité de partir avec lui à Kinshasa. On a foncé alors qu’on n’avait pas encore proposé le projet de documentaire à Netflix. On a pris un risque financier. »

Il ajoute ensuite : « On voulait raconter son parcours qui va parler à beaucoup de monde, même au-delà de nos frontières. Son histoire est universelle, c’est cela qui a plu à Netflix. Gims, c’est un personnage qui se livre rarement. Pour moi, il est emblématique de l’époque dans laquelle on vit… » Maître Gims se livre à cœur ouvert, il explique avoir été membre d’une secte islamiste : « Quand je suis rentré dans cette religion, j’étais à la portée de n’importe quel gourou, j’étais un cœur pur et quelqu’un de mal intentionné peut te prendre sous son aile et faire de toi une arme », explique-t-il. En 2005 il aurait rejoint la secte islamiste « les Frères du Tabligh ». « Il y avait des personnes qui finissaient mortes, suicidées en Irak, raconte-t-il. Des gens qui étaient à côté de moi. Et cela m’a fait flipper, je ne sais pas où j’aurais pu terminer. »

Ses fans risquent d’en apprendre davantage en visionnant ce documentaire.

La rédac’

Source: Lire L’Article Complet