« Malade », « fous furieux »… Robert Ménard dézingue à tout-va !

Proche de Marine Le Pen, Robert Ménard ne ménage pas l’extrême-droite. Pour le maire de Béziers, l’ex-eurodéputé Florian Philippot serait “un démagogue cinglé”, d’après des propos rapportés par Le Point, ce jeudi 19 août.

Robert Ménard ne mâche pas ses mots. Favorable à la vaccination obligatoire pour tous, le maire de Béziers s’en est pris à plusieurs reprises à des représentants de l’extrême-droite antivax et anti-pass sanitaire. Pour ce proche de Marine Le Pen, Julien Odoul serait ainsi “un malade”. “Il dit des conneries invraisemblables. À chaque fois qu’il prend la parole, il fait peur aux gens”, aurait-il affirmé au sujet de ce porte-parole du Rassemblement national (RN), d’après des propos rapportés par Le Point, ce jeudi 19 août. L’ex-eurodéputé Florian Philippot et Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, en prennent également pour leur grade. “Eux, ce sont des démagogues cinglés”, aurait taclé l’édile, tout en les qualifiant de “fous furieux”.

Alors que les manifestations anti-pass sanitaire se poursuivent ce week-end du 21 août, Robert Ménard s’est positionné en faveur des mesures sanitaires de l’exécutif. Contrairement aux prises de position de ses alliés, à la droite de la droite, le maire de Béziers approuve l’extension du pass santaire, bien qu’il refuse que la police contrôle les fameux QR codes sur les terrasses des bars-restaurants de sa ville. Le principal intéressé n’hésite d’ailleurs pas à dézinguer sans demi-mesure les représentants politiques anti-pass, dont “la triplette Asselineau, Dupont-Aignan et Philippot”. “Juste ils sont barjots ! Vous les avez entendus ? Barjot c’est même gentil… C’est cynique !”, s’était-il emporté en juillet dernier, au micro de BFM TV.

“Le discours anti-tout fonctionne dans ce pays”

Pour Robert Ménard, les opposants aux mesures du gouvernement seraient guidés par un électoralisme politique. Florian Philippot, l’un des chefs de file des manifestations à Paris, aurait compris “quelque chose d’essentiel”. “Le discours ‘anti-tout’ fonctionne dans ce pays. Florian Philippot surfe là-dessus”, a estimé le maire de Béziers, dans un entretien au Point au début du mois d’août. Pour autant, la mobilisation de l’ex-n°2 du Rassemblement national n’a pas convaincu les électeurs. Lors des dernières régionales, en juin, le fondateur des Patriotes a grappillé à peine 6,95% des suffrages dans le Grand Est, contre plus de 36% en 2015.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : Michael Baucher / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet