Manuela Lopez ("Hélène et les garçons") : cette peur qu’elle a pour Paolo, son fils de 16 ans

Manuela Lopez est atteinte de deux maladies graves : le syndrome de tako-tsubo ainsi qu’une cardiopathie génétique. Maman d’un adolescent de 16 ans prénommé Paolo, l’actrice n’a qu’une peur le concernant comme elle l’a révélé à Gala jeudi 3 juin 2021.

Restez informée

Manuela Lopez sort son premier livre, jeudi 3 juin 2021. L’actrice connue pour son rôle d’Adeline dans Hélène et les garçons signe un ouvrage intitulé Tako-tsubo tu as brisé mon cœur (Ed. Michel Lafon), dans lequel revient sur deux maladies qui rythment aujourd’hui son quotidien : le syndrome de Tako-tsubo aussi appelé “syndrome des cœurs brisés”, dont elle est atteinte depuis 2017, ainsi que sa cardiopathie génétique diagnostiquée en 2007. Deux affections qui l’ont obligée à passer par la case hospitalisation pas moins de trois fois depuis 2020. La comédienne de 48 ans peut heureusement compter sur la présence et l’amour de Paolo, son fils de 16 ans, pour l’aider à surmonter ces épreuves. “Quand vous avez un mini vous avec le même caractère, ça donne de la force. C’est un miroir et il rappelle à l’ordre quand on s’égare. Il aime bien parler, on discute beaucoup. Je lui dis tout”, a-t-elle expliqué dans une interview accordée à Gala jeudi 3 juin 2021.

Grâce à lui et à son tempérament de battante, Manuela Lopez réussit donc à rester positive malgré ces difficultés. Ses maladies lui ont d’ailleurs fait comprendre à quel point la vie était précieuse. Mais il lui arrive tout de même de craquer, et de pleurer en pensant à l’éventualité de sa mort : “Peur de perdre ce que j’ai. Peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas pouvoir emmener mon fils jusqu’au bout”.

“Je n’avais plus de force”

Il faut dire que la cardiopathie génétique dont elle est atteinte (et qui touche également sa mère et sa grand-mère) est une maladie dite “à mort subite”. “Tout peut m’arriver, j’en suis consciente”, a-t-elle assuré. Au quotidien, cette maladie n’est par chance pas handicapante, contrairement au tako-tsubo, qui lui rend quelquefois la vie impossible : “Le tako-tsubo me fait souffrir physiquement. Ça brûle, ça pique, le cœur se déchire. Je suis quand même restée couchée trois mois cet hiver, je n’avais plus de force”, a-t-elle révélé. Ce syndrome, qui peut être déclenché par le stress, provoque des douleurs thoraciques aiguës, des syncopes et des difficultés respiratoires.

Source: Lire L’Article Complet