Marina Carrère d’Encausse : son beau compliment à son frère Emmanuel Carrère

Jeudi 1er octobre 2020, Marina Carrère d’Encausse publiait son troisième roman, Les enfants du secret. Alors que son frère, Emmanuel, est un écrivain à succès, c’est lors d’un entretien accordé à Télé Star que l’animatrice de télévision a fait un beau compliment à ce dernier.

À 58 ans, Marina Carrère d’Encausse a un emploi du temps très chargé ! Si l’animatrice est à la tête de nombreuses émissions telles que Le Magazine de la santé, Allô docteurs, Le Monde en face, ou encore, Enquête de santé, elle est également romancière ! Alors que la jolie blonde a co-écrit plusieurs livres sur la santé, c’est à 50 ans seulement qu’elle s’est autorisée à sortir son premier roman, Une femme blessée en 2014. Suite au succès de ce dernier, elle enchaînait alors en publiant Une femme entre deux mondes, en 2017, puis, plus récemment, Les enfants du secret. Si Marina Carrère d’Encausse cartonne sur France 5, elle a pris du temps avant de s’essayer à l’écriture. Et pour cause, son frère, Emmanuel Carrère, écrivain, a reçu de nombreuses distinctions pour ses œuvres au cours de sa carrière.

Dans un entretien accordé à Télé Star, Marina Carrère d’Encausse a expliqué pourquoi elle ne s’était pas lancée plus tôt, et a fait un beau compliment à son frère : "Entre une mère historienne et un frère que je considère comme l’un des meilleurs auteurs en France, c’était paralysant. Et puis j’avais le sentiment de manquer de crédibilité. Mais j’écris depuis que j’ai 20 ans et je crois que j’aurais trop souffert si je n’avais pas laissé cette passion s’exprimer. J’étais finalement prête à prendre le risque."

View this post on Instagram

C est aujourd’hui!!!!

A post shared by Marina Carrère d'Encausse (@marinacarreredencausse) on

Le nouveau roman de la star de France 5

Il y a quelques jours, le troisième roman de Marina Carrère d’Encausse sortait en librairie. Pour Télé Star, l’animatrice a révélé ce qui l’avait inspiré à écrire Les enfants du secret : "Je suis partie de l’histoire de ces mineurs réunionnais déplacés dans les campagnes de Métropole frappées par l’exode rural entre 1962 et 1984. Je voulais rendre hommage à ces ‘enfants de la Creuse’ et à leurs parents. Ce n’est qu’en cours d’écriture que j’en suis venue à raconter comment un adulte peut être marqué par ses blessures d’enfance." Évoquant son style d’écriture, la complice de Michel Cymes a ajouté : "J’écris ce que je vois, je ne sais pas d’où ça vient. Je ne contrôle pas mes personnages. Ils me surprennent souvent. Pour être honnête, je ne connaissais pas le nom de l’assassin en commençant."

Source: Lire L’Article Complet