Marine Le Pen reçue à l’Elysée par Emmanuel Macron : pourquoi elle a été “un peu surprise”

Invitée à l’Elysée mardi, pour dialoguer avec Emmanuel Macron en pleine crise politique, Marine Le Pen a été quelque peu surprise par une idée soumise par le président…

A propos de


  1. Marine Le Pen


  2. Emmanuel Macron

Comment gouverner la France ? Empêtré dans une crise majeure depuis dimanche et le second tour des législatives, qui ne lui a pas permis de conserver la majorité absolue à l’Assemblée, Emmanuel Macron est passé à l’action : le président a reçu à l’Élysée tous les chefs des partis d’opposition, dont Marine Le Pen, pour tenter de sortir de l’impasse. Un rendez-vous qui a légèrement dérouté la présidente des députés RN, comme le raconte L’Opinion : « Marine Le Pen a été un peu surprise. Elle ne pensait pas qu’Emmanuel Macron allait évoquer avec elle un concept un peu flou : celui de ‘gouvernement d’union nationale’« .

Inattendu, comme la rapide « normalisation » du RN observée chez LREM. Marine Le Pen aurait en effet été surprise par les propos d’une partie des Macronistes, qui n’ont pas hésité à reconnaître qu’il faudrait « aller chercher les voix » des députés RN. Parmi les prises de position les plus remarquées, il y a notamment celle d’Éric Dupond-Moretti : « Nous essayerons d’avancer ensemble » sur certains textes, a affirmé le ministre de la Justice, dimanche sur BFMTV, provoquant l’indignation de la gauche.

>> Découvrez notre diaporama sur les hommes de la vie de Marine Le Pen

Marine Le Pen s’en prend à Olivier Véran

Mercredi, Marine Le Pen a reconnu qu’Emmanuel Macron avait évoqué l’hypothèse d’un gouvernement d’union nationale avec elle. « Je pense que la situation ne le justifie pas« , a-t-elle toutefois balayé, comme l’ont fait Christian Jacob (LR) et Julien Bayou (EELV) après avoir échangé avec le chef de l’État. Ministre des Relations avec le Parlement, Olivier Véran a de son côté évoqué l’idée d’un « élargissement » de la majorité, avec « la poursuite du dépassement centre gauche/centre droit« , tout en excluant le RN et LFI car ils ne sont pas « dans l’arc républicain« .

Ce que Marine Le Pen n’a pas tardé à critiquer : « Il commence bien son ministère mais on a l’habitude avec Olivier Véran. Il n’y a qu’un malheur, ce n’est pas lui qui décide, c’est le peuple qui décide qui est élu et en l’occurrence il fait partie d’un groupe qui n’a pas la majorité absolue, donc il va bien être obligé de tenir compte des autres députés« , a-t-elle répliqué.

Crédits photos : Federico Pestellini / Panoramic / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet