Meghan Markle a soif de politique : ce baratin qui n'a trompé personne !

Le 17 août dernier, Meghan Markle et le prince Harry publiaient un communiqué de presse sur la situation en Afghanistan et en Haïti. Un expert a lu entre les lignes et a fait une découverte inattendue.

C’est “le coeur brisé” et “sans voix” que le prince Harry et Meghan Markle ont partagé le 17 août dernier sur le site de leur fondation Archewell, un message sur l’état actuel du monde, fragilisé par les crises en Afghanistan et en Haïti. Le couple de Sussex, qui a fait un don à une association pour vient en aide aux femmes afghanes, cette semaine, ont invité leurs fans à en faire de même.

Un communiqué plat pour ne pas froisser les démocrates ?

Et si leur déclaration a pu sembler “fade et insipide” par rapport à la gravité de la situation, c’est pour ne pas contrarier les futures ambitions politiques de Meghan Markle, assure le journaliste Richard Eden. En effet, la semaine dernière, alors qu’ils ont réagi au retrait des troupes américaines, qui laissent Kaboul et le pays aux mains des talibans, Meghan Markle et le prince Harry n’ont pas du tout mentionné le président américain, Joe Biden. Un signe d’allégeance, imagine celui qui a réagi dans l’émission royale “Palace Confidential” du Daily Mail.

S’abstenant de toute critique du gouvernement, les parents d’Archie et Lili ont par contre abondé dans le lyrisme. “Quand une personne ou une communauté souffre, une partie de chacun de nous le fait avec elle, que nous le réalisions ou non”, ont-il par exemple écrit, s’attirant les critiques de ceux qui y ont vu “une salade de mots“, et un “ton condescendant“.

Le prince Harry se retient ?

Richard Eden a par ailleurs rappelé que le prince “Harry était très impliqué dans ce conflit“, puisqu’il a deux fois été envoyé en Afghanistan avec l’armée. Le journaliste s’attendait à une réaction autre, puisque “voir ce qui s’est passé maintenant doit (lui) être très difficile”. Et s’il ne s’est pas risqué à parler politique dans ses déclarations, l’expert en est persuadé : c’est bien parce que, avec Meghan Markle, ils sont désormais “très proches des démocrates” auprès de qui la duchesse aurait de “futures ambitions politiques”.

Source: Lire L’Article Complet