Meghan Markle racisée par la police britannique : le scandale qui ne passe pas

Selon les informations du Guardian, de ce mercredi 29 juin, trois officiers de police de Londres ont été entendus pour fautes professionnelles après avoir tenu des propos racistes à l’encontre de Meghan Markle.

A propos de


  1. Meghan Markle


  2. Harry d’Angleterre

En se mariant avec le prince Harry, Meghan Markle ne s’attendait pas à être la cible d’autant de remarques racistes. Selon les informations de The Guardian de ce mercredi 29 juin, trois officiers de police du quartier londonien Bethnal Green sont accusés d’avoir « partagé un message WhatsApp raciste sur Meghan Markle ». Dans les conversations du groupe But They Promised datant de 2018, « les agents Sukhdev Jeer et Paul Hefford et l’ancien agent Richard Hammond » auraient « comparé la duchesse de Sussex à un jouet golliwog (une poupée de chiffon noire aux lèvres rouges exagérées avec des cheveux crépus, ndlr) ». Un cliché qu’ils auraient légendé : « Un aperçu de la robe de mariée de Meghan« . Lors d’une audience pour fautes professionnelles à l’Empress State Building, dans l’ouest de Londres, l’agent Sukhdev Jeer a également été accusé d’avoir relayé « une image d’un garçon dans un pull à capuche avec les mots ‘monkey in the jungle’ (singe dans la jungle, ndlr), superposés à un pénis »

« Hefford est accusé d’avoir modifié la même image avec une personne handicapée », poursuit le journal. L’affaire a éclaté après que la Metropolitan Police Service (MET) a été placée « en mesures spéciales » en raison de « défaillances ‘systémiques’ dans la lutte contre la criminalité et le service aux victimes » et du scandale « Charing Cross, survenu au début de l’année ». « Les agents de ce commissariat avaient envoyé des messages WhatsApp offensants, notamment des remarques sur le viol de leurs collègues et des insultes homophobes et racistes. Les agents de Bethnal Green sont également accusés de mauvaise conduite pour ne pas avoir contesté les contenus postés », rapportent nos confrères anglais.

>> Photos – Meghan Markle : découvrez son évolution beauté

Les enfants de Meghan Markle, Archie et Lilibet, cibles d’insultes racistes

Si Meghan Markle est victime d’insultes racistes depuis qu’elle a intégré la famille royale britannique, ses enfants ne sont pas épargnés. Le mardi 7 juin 2022, Christopher Gibbons et Tyrone Patten-Walsh, deux Britanniques d’extrême droite, ont été entendus par la justice pour des faits similaires. Dans leur podcast Black Wolf Radio, le duo a fait part de sa détestation pour les couples mixtes en prenant pour exemple le duc et la duchesse de Sussex. Ils ont alors décrit leur fils Archie comme « une abomination qui devrait être descendue », rapporte The Sun. Dans ce même épisode, ils ont suggéré que le prince Harry devait être « poursuivi » et « tué pour trahison » après avoir épousé Meghan.

Lilibet Diana a – elle aussi – été victime de racisme dès sa naissance. À l’annonce de son prénom en hommage à son arrière-grand-mère Élizabeth II et sa grand-mère Lady Diana, une journaliste y est allée de son petit commentaire. Rédactrice pour le magazine The Telegraph, Julie Burchill a suggéré sur son compte Twitter : « Quelle opportunité ratée. Ils auraient pu l’appeler Georgina Floydina ! » Un message en référence à l’Américain George Floyd devenu un visage de la lutte contre les violences policières et racistes, en mai 2020. Avant de retweeter un même du duc et de la duchesse de Sussex sur lequel on pouvait lire : « Les fiers parents Harry et Meghan annoncent que leur nouveau bébé, Georgina Floydina, a signé un contrat avec Netflix ». Des propos qui ont valu à la journaliste de perdre son poste.

Crédits photos : Backgrid USA / Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet