Meghan Markle tyrannique ? Ces découvertes accablantes qui ne seront jamais dévoilées

La polémique visant Meghan Markle, accusée de harcèlement moral par d’anciens collaborateurs de Buckingham, a fait l’objet d’une enquête interne. Les résultats de l’audit auraient même poussé le palais à améliorer sa politique RH, selon le Times.

A propos de


  1. Meghan Markle

Avant son retour aux États-Unis, Meghan Markle a-t-elle tourmenté des collaborateurs du palais de Buckingham ? L’épouse du prince Harry est accusée d’avoir malmené moralement plusieurs ex-salariés quand elle était encore membre actif de la famille royale d’Angleterre. D’après le Times, cette délicate affaire a fait l’objet d’une enquête interne, dont les résultats ne seront jamais révélés, au grand dam de certaines sources ayant participé à l’audit. Quoiqu’il en soit, les conclusions du rapport auraient permis à la Firme « d’améliorer » ses pratiques en matière de ressources humaines. Signe que les accusations étaient peut-être, du moins en partie, fondées ?

Dans les faits, Meghan Markle est accusée d’avoir « humilié » et « harcelé » des salariés du palais. En octobre 2018, une plainte avait été déposée auprès du cabinet du prince William par Jason Knauf. Le directeur de la communication des Sussex se disait « préoccupé » par les agissements « totalement inacceptables » de la duchesse envers certains collaborateurs. Des membres du staff auraient démissionné de leur poste, traumatisés, ou auraient été laissés en pleurs par le comportement de l’ex-actrice de Suits. « Les membres du personnel impliqués à l’époque, y compris ceux qui en sont partis, seront invités à participer pour voir si des leçons peuvent être tirées », a fait savoir le clan royal, d’après des propos relayés par le Times.

>> À lire aussi : PHOTOS – Kate Middleton et Meghan Markle : leurs meilleurs clins d’œil mode

Meghan Markle nie catégoriquement

De son côté, Meghan Markle avait démenti ces allégations. La native de Los Angeles s’estimait victime d’une campagne de dénigrement orchestrée à l’approche de son interview fracassante avec Oprah Winfrey à la télévision américaine. Cet entretien, diffusé en mars 2020 dans le monde entier, a fait l’effet d’une bombe au sein de la couronne britannique. Accompagnant son épouse, le prince Harry avait notamment évoqué les insinuations racistes dont son fils Archie aurait été victime, quand Meghan Markle était encore enceinte de son premier enfant. « Il voulait que je sache que ce n’était ni sa grand-mère [Elizabeth II], ni son grand-père [le prince Philip] », avait assuré de son côté l’animatrice américaine, sur le plateau de CBS.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias.

Crédits photos : AGENCE / BESTIMAGE

Autour de

Source: Lire L’Article Complet