Même en pleine campagne, Melania Trump refuse encore de prendre la main de son époux

Refus de se lever sur ordre de son époux, de l’embrasser ou encore de lui tenir la main en public… Melania Trump n’a pas son pareil pour déjouer subtilement les démonstrations d’affection et autres consignes du président américain. Elle l’a une nouvelle fois prouvé le dimanche 16 août, à la sortie de l’avion présidentiel.

Gagné par l’allégresse, il avait tenté d’embrasser son épouse… avant que celle-ci ne lui tende la joue sur scène, en février. Melania Trump a depuis porté une nouvelle estocade à son époux, le dimanche 16 août, à la sortie de l’avion présidentiel Air Force One. La première dame américaine a ainsi repoussé la main du président à plusieurs reprises lors de leur arrivée à Morristown, dans le New Jersey – ils se rendaient à leur club de golf de Bedminster -, préférant agripper son sac Birkin, siglé Hermès. Après deux tentatives infructueuses, Donald Trump finira par réussir à tenir la main de la First Lady. Le tout, sous les yeux de leur fils Barron, âgé de 14 ans.

En vidéo, Melania Trump ou l’art de la communication non-verbale

Des tentatives infructueuses

Cela n’est pas la première fois que Melania Trump déjoue les démonstrations d’affection publiques de son époux. En janvier, elle avait rapidement retiré sa main de celle du chef d’État, alors qu’ils assistaient à un championnat de football à la Nouvelle-Orléans. Deux ans plus tôt, en février 2018, elle avait également été filmée esquivant la main du président américain à la sortie de l’Air Force One. En avril 2018, elle l’avait de nouveau rejetée lors d’une rencontre avec Emmanuel Macron sur le perron de la Maison-Blanche. Déjà, en mai 2017, Melania Trump repoussait la main du président américain sur le tarmac de l’aéroport Ben Gourion de Tel Aviv, en Israël, aux prémices d’une visite officielle.

En septembre 2017, Olga Ciesko, experte en langage corporel interrogée par Madame Figaro, prévenait qu’il ne fallait pas pour autant verser dans la lecture d’un quelconque désamour. Stephen Bunard, également spécialiste du langage du corps, suggérait quant à lui que Melania Trump aurait elle-même réclamé ces marqueurs de distance. Une façon de «dire “ne me touche pas trop, je suis en fonction”, et de distinguer le couple intime du couple présidentiel, avait-il précisé. Elle ne veut pas mélanger les genres.»

Source: Lire L’Article Complet