Michel Fourniret : ce langage codé qu’il utilisait dans ses lettres à son fils Selim

Pour le premier numéro du magazine L’Envers des Affaires, daté de mai-juillet 2021, Oli Porri Santoro a mené une longue enquête sur la personnalité de Michel Fourniret. Le journaliste a notamment eu accès aux lettres envoyées par le tueur en série à son fils Selim.

  • Michel Fourniret
  • Selim Fourniret

Michel Fourniret est mort le 10 mai 2021, à l’âge de 79 ans… en emportant nombre de secrets dans sa tombe. Car s’il a reconnu être impliqué dans des dizaines d’affaires de disparitions et de meurtres, celui que l’on surnomme “l’ogre des Ardennes” a toujours maintenu une part de mystère. Ainsi, il n’a jamais révélé l’endroit où il avait enterré le corps de la petite Estelle Mouzin, kidnappée en 2003 à l’âge de 9 ans. Le tueur en série et pédocriminel pourrait par ailleurs être impliqué dans la disparition de 21 autres fillettes et jeunes femmes, dont les ADN doivent toujours être comparés à ceux trouvés dans sa fourgonnette. S’il ne s’est jamais montré très coopératif avec le système judiciaire, Michel Fourniret semble avoir délié (à sa manière) sa langue auprès d’une personne en particulier : son fils cadet, Selim, né de son union avec Monique Olivier.

Un langage codifié pour confesser ses crimes”

Dans le premier numéro du magazine L’Envers des Affaires, paru en mai-juillet 2021, le journaliste Oli Porri Santoro – le seul à avoir interviewé Michel Fourniret en prison et à être en contact étroit avec Selim – a mené une longue enquête de 46 pages sur la personnalité de l’ogre des Ardennes. Pour ce faire, il a notamment eu accès aux centaines de lettres que l’assassin écrivait à son fils depuis sa cellule, entre 2014 et 2018. “Dernièrement, Michel m’a mis sur la voie. Il parle beaucoup. Dans les lettres qu’il m’envoie, Michel égrène quelques indices, indique Selim Fourniret (qui a par ailleurs changé de nom après l’arrestation de ses parents). L’homme âgé aujourd’hui de 32 ans l’affirme : “Au fil des lettres, il s’échine à me faire comprendre, entre les lignes, qu’il a recours à l’emploi d’un langage codifié pour se confesser sur ses crimes, n’étant pas dupe que tout est relu par l’administration pénitentiaire avant d’atterrir entre mes mains. Oui, Michel s’exprime par énigmes.”

Si Selim a bien compris que son père tentait de lui dire quelque chose, il n’a jamais réussi à déchiffrer son charabia. “Si tu veux découvrir ce que tu cherches, tu dois tâcher de lire les signes qu’il y a dans les choses. La Terre est immense, mais il y a des liens entre les choses” ; “Depuis la nuit des temps, Dame Nature ne fit, ne fait jamais rien sans raison” ; “Pour qu’en ton cerveau de lecteur se produise enfin le déclic !” ; “Il faut être pris pour être appris”, peut-on lire, de manière récurrente, dans les courriers de Michel Fourniret à son fils. Tant de formulations énigmatiques, dont la signification a été enterrée avec le tueur en série.

Un pacte codé”

Jean-Luc Ployé, qui a été l’expert psychologue de Michel Fourniret entre 2005 et 2018, tient à rappeler : “En 1986, lorsqu’il passe ce fameux pacte avec Monique Olivier, c’est déjà du langage codé. Il a toujours procédé ainsi, et essentiellement de façon intrafamiliale. Cependant avec lui, pour qu’il y ait un langage codé, il faut qu’il y ait une réciprocité dans l’interprétation. Un pacte codé !En effet, dans ses lettres et SMS, le couple emploie l’acronyme “MSP”, pour “membranes sur pattes”, pour désigner les jeunes filles vierges qu’ils enlèvent. Le psychologue explique par ailleurs que “Michel Fourniret possède deux types de langage codé”. L’un réside dans les mots, et l’autre dans les dessins qu’il produit sur ses lettres. “Pour deviner ce qu’il dit, il faut lire entre les lignes. Sur le plan purement littéraire, cela peut paraître un fatras verbal. Pour comprendre, il faut d’abord effectuer un tri. Avec lui, on n’est plus dans le domaine de la communication classique. Ce sont des mots, dont lui seul possède la signification, indique Jean-Luc Ployé. Celui qui a expertisé Marc Dutroux, Francis Heaulmes ou encore Nordahl Lelandais en est persuadé, Michel Fourniret est “le tueur en série le plus abouti, le plus organisé dans la perversion” qu’il ait rencontré.

A lire aussi : Michel Fourniret : cette condition atroce pour que Monique Olivier l’aide “à chasser de jeunes filles vierges”

Source: Lire L’Article Complet