Mort de Bernard Tapie : pourquoi refusait-il les anti-douleurs ? Ses derniers moments racontés

Lundi 4 octobre 2021, Franz-Olivier Giesbert a dévoilé dans C à Vous sur France 5 des détails des derniers instants de la vie de Bernard Tapie, mort dimanche 3 octobre 2021. L’homme d’affaires, très courageux, refusait de prendre quelconque médicament.

  • Bernard Tapie

Dimanche 3 octobre 2021, Bernard Tapie est mort à l’âge de 78 ans des suites d’un double cancer de l’estomac et de l’œsophage. Lundi 4 octobre 2021, son ami et biographe Franz-Olivier Giesbert lui a rendu un vibrant hommage dans C à Vous sur France 5. Le journaliste ayant signé le livre Bernard Tapie, Leçons de vie, de mort et d‘amour (publié aux éditions Presses de la Cité), consacré à l’homme d’affaires, a notamment évoqué les derniers instants de la vie de son ami qui « refusait les antidouleurs« , comme il l’avait déjà confié le matin du lundi 4 octobre sur RMC.

Dans C à Vous sur France 5, Franz-Olivier Giesbert a précisé que le père de Sophie Tapie refusait d’ingérer tout médicament dans le but de se battre jusqu’au bout. « Moi j’ai connu beaucoup de cancéreux, vu mon grand âge : ma mère, Mitterrand, et ce sont des bureaux qui sont plein de médicaments, de seringues. Vous alliez chez lui (chez Bernard Tapie, ndlr), et attention, même de manière plus intime dans le bureau à l’étage, il n’y avait pas de signes. Il n’y avait pas de médicaments. La raison est très simple : il essayait de lutter avec ses propres armes, avec ses propres mains ». Franz-Olivier Giesbert révèle que son ami, malgré sa très grosse perte de poids, aura notamment fait du sport jusqu’à sa mort.

« Un grand affectif »

Dimanche 3 octobre 2021, Franz-Olivier Giesbert avait déjà réagi à la mort de son ancien patron. Il s’est souvenu sur le plateau du 20h de France 2 de la poigne de l’ancien patron de l’Olympique de Marseille. « Je travaillais avec lui à La Provence, il changeait d’avis facilement. Après c’est vrai qu’il y avait des engueulades absolument sismiques. On montait dans les tours tous les deux et quand on répondait il n’y avait pas de problème. Même s’il était patron, s’il y avait un nom d’oiseau, je rendais le nom d’oiseau aussi vite », se souvenait-il face à Laurent Delahousse. Mais quoi qu’il en soit, Bernard Tapie ne restait pas fâché très longtemps avec ses collaborateurs. « Le lendemain il appelait, puis tout était fini. Puis souvent il y avait des phrases du genre ‘Je t’aime’. Il détesterait que je dise ça. C’était un grand affectif », avait conclu l’invité de Laurent Delahousse. Un joli témoignage qui ferait chaud au coeur de Bernard Tapie.

Source: Lire L’Article Complet