Mort de Marie Laforêt : les causes de son décès dévoilées par sa fille Debora Kahn-Sriber

Dans une interview au magazine Gala, Debora Kahn-Sriber, l’une des deux filles de Marie Laforêt, a révélé les raisons exactes du décès de sa mère.

Cela fait bientôt un an que la fille aux yeux d’or a refermé ses paupières à jamais. Le 2 novembre 2019, Marie Laforêt s’éteignait à l’âge de 80 ans. La comédienne et chanteuse est morte en Suisse, où elle résidait depuis 1978, entourée de ses proches. Sa fin de vie fut l’occasion pour l’actrice de Plein Soleil de renouer avec ses enfants. De son propre aveu, Marie Laforêt ne s’est pas beaucoup occupé de l’éducation de ses deux filles, Lisa Azuelos (né en 1965) et Debora Kahn-Sriber (née en 1974), et de son fils Jean-Mehdi Azuelos (né en 1967). Ses trois enfants ont rapidement été mis en pension, un souvenir très douloureux conté par la réalisatrice de LOL et de Mon bébé dans une interview à Libération : “J’étais en Suisse, dans une pension très chic, Les 7 nains. C’était atroce. On nous frappait. Il y avait du harcèlement physique et moral. Ce qui m’a tenue, c’est que je devais protéger mon petit frère.”

  • Moonrise Kingdom – 30 mars

    Télé Loisirs

  • Le marginal

    Télé Loisirs

  • Clara Morgane explique pourquoi elle a changé son vrai prénom " Emmanuelle" en Clara

    Télé Loisirs

  • Dans Les Z'amours, l'histoire d'une candidate trompée fait de la peine à Bruno Guillon

    Télé Loisirs

  • La coup de gueule de Samir Benzema, cousin de Karim

    Télé Loisirs

  • Exclu. Michel Fugain revient avec émotion sur la mort de Maurane

    Télé Loisirs

  • Willow

    Télé Loisirs

  • Nagui tacle Jean-Luc Reichmann sans le citer dans N'oubliez pas les paroles

    Télé Loisirs

  • Danse avec les stars : Clara Morgane dévoile son salaire à 6 chiffres !

    Télé Loisirs


  • Moonrise Kingdom – 30 mars
    Moonrise Kingdom – 30 mars


    Télé Loisirs


  • Le marginal
    Le marginal


    Télé Loisirs


  • Clara Morgane explique pourquoi elle a changé son vrai prénom " Emmanuelle" en Clara
    Clara Morgane explique pourquoi elle a changé son vrai prénom " Emmanuelle" en Clara


    Télé Loisirs

VIDÉO SUIVANTE

Le pardon de Lisa Azuelos

Malgré ce calvaire vécu à un très jeune âge, Lisa Azuelos n’en a pas voulu à sa mère : “Je l’ai toujours pardonnée. Pour toutes les femmes, choisir c’est renoncer. Ma mère a choisi une carrière, puis une vie de femme, ce n’était pas dirigé contre moi. De toute façon, plus on vieillit, moins on prend les choses personnellement, et c’est tant mieux.” Un rapport adouci qui a permis à mère et fille de partager de beaux moments ensemble jusqu’à la disparition de la comédienne, il y a un an. Moins présente dans les médias, sa soeur Debora Kahn-Sriber a accordé un entretien cette semaine à l’hebdomadaire Gala. Elle apporte un nouvel éclairage sur l’attitude de sa mère : “Ce n’était pas une question de pardon, mais plutôt de vivre avec. Maman était une artiste, elle vivait son art, s’en nourrissait et n’avait pas besoin des autres. On a fini par trouver une forme de relation, elle et moi, dans laquelle on prenait chacune ce qu’il y avait à prendre, tout en laissant l’autre vivre.”

Les raisons de la mort de Marie Laforêt

Debora Kahn-Sriber évoque aussi la quête spirituelle de sa mère, qui s’impliquait dans la vie de sa paroisse, avec le caractère qu’on lui connaissait : “Elle venait à la messe tous les dimanches et écrivait au père qui faisait le sermon à ce moment-là pour lui donner son point de vue !” Une foi chevillée au corps, qui a permis à Marie Laforêt d’affronter la mort, elle qui se savait condamnée deux mois avant sa disparition : “Elle était très sereine sur le sujet parce que très chrétienne, très croyante.” Au cours de l’interview, Debora Kahn-Sriber dévoile les raisons du décès de sa maman, restées inconnues du public jusqu’à présent : “Ma mère souffrait d’un cancer des os qui s’était généralisé”. En guise de dernier hommage, elle publie ces jours-ci un recueil de textes de la comédienne intitulé Nous n’avons pas d’autre choix que de croire : “Depuis que je suis née, je sais qu’elle écrit ce livre. Dans sa tête en tous les cas. Mais elle en a commencé l’écriture en 2015. Au début, elle pensait être encore de ce monde pour pouvoir le faire publier et en assurer la promotion elle-même. Comme je travaillais dans l’édition, on en avait parlé. Et puis, au moment où c’était vraiment la fin, elle a dit à Jean-Mehdi, mon frère, qu’elle voulait que je m’en occupe. Nous avons pris cela comme une promesse à lui faire.”

Source: Lire L’Article Complet