Nagui révèle pourquoi il en voudra éternellement au chanteur Christophe

VIDEO – Mercredi 30 décembre 2020, Nagui recevait six nouveaux candidats sur le plateau de Tout le monde veut prendre sa place. Face à l’un d’eux, “fan absolu” de Christophe, l’animateur a raconté son plus grand regret à la mort du chanteur.

  • Nagui
  • Christophe

Déjà plus de huit mois se sont écoulés depuis la mort de Daniel Bevilacqua, alias Christophe, le 16 avril 2020. Le chanteur est décédé à l’âge de 74 ans, des suites du coronavirus. L’interprète des Mots bleus, d’Aline ou encore des Paradis perdus laissait derrière lui une famille divisée – entre son épouse Véronique et leur fille Lucie, et son ex Michèle Torr et leur fils Romain – ainsi que des millions de fans endeuillés. L’un d’eux s’est présenté sur le plateau de Tout le monde veut prendre sa place, mercredi 30 décembre 2020. Comme tous les candidats du jeu télévisé de France 2, Nikola a raconté une anecdote à Nagui. Alors qu’il évoque sa rencontre avec son idole, l’animateur plante d’emblée le décor : “Alors moi si je commence à parler de Christophe avec vous, je vais fondre en larmes.”

Christophe n’est jamais venu”

Malgré cet auto-avertissement, Nagui a laissé la nostalgie l’envahir. Il faut dire qu’il a lui aussi été affecté par la mort de Christophe. L’animateur lui avait d’ailleurs adressé un message de soutien pendant son séjour en réanimation quelques semaines avant sa mort. Bien qu’il “préfère rire” et “garder un bon souvenir” de la star des années yéyé, le présentateur de Tout le monde veut prendre sa place a révélé ce qu’il ne lui pardonnera jamais.

“Le seul regret que j’aie, c’est qu’on avait fait un Taratata une semaine avant que cette pandémie ne le frappe”, explique Nagui face à son candidat. “On devait bouffer ensemble et il n’est jamais venu au repas. Et c’est pour ça que je lui en voudrais toute ma vie, raconte-il finalement, dans un mélange d’amertume et de tristesse. Une anecdote émouvante à retrouver dans notre vidéo ci-dessus.

A lire aussi : Nagui : cette “insulte suprême” de Louis Bertignac dans “Taratata”

Source: Lire L’Article Complet