Nicolas Bedos décontenancé par des images inédites de son père : "C’est le moment où je chiale ?"

Nicolas Bedos s’est retrouvé dérouté suite à la diffusion d’images inédites de son père, dans Cannes à la maison, sur France 2 le samedi 17 juillet 2021. Guy Bedos y évoque OSS 117, dont son rejeton vient de réaliser une adaptation cinématographique.

  • Nicolas Bedos
  • Guy Bedos

Un bel hasard. Dans Cannes à la maison, sur France 2 le vendredi 16 juillet 2021, Anne-Elisabeth Lemoine a fait découvrir des images de Guy Bedos à son fils Nicolas, qui s’est retrouvé décontenancé. Avant même de les voir, ce dernier s’est préparé mentalement : “C’est le moment où je chiale à la télévision ?” S’il n’a pas pleuré, il a été visiblement ému par ce qu’il a vu. Les équipes de l’émission ont retrouvé une séquence de 1962 dans laquelle le personnage incarné par l’humoriste décédé en mai 2020 déclare qu’il lit “OSS 117, et puis des philosophes.

Nul doute qu’au moment de prononcer ces quelques mots, Guy Bedos était loin de se douter que son fils réaliserait une adaptation cinématographique de la saga d’espionnage. L’ex de Doria Tillier, dont le dernier film OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire a été présenté en clôture du festival de Cannes le samedi 17 juillet 2021, ne cache pas sa surprise : “C’est incroyable. […] Bon bah voilà… C’est déroutant, c’est déroutant et puis c’est toujours…

Il a “regardé seize fois” l’émission en hommage à son père

Il enchaîne ensuite avec une analyse de la performance de son père : “C’est très dur ce qu’il fait.” À Pierre Lescure, chroniqueur de C à Vous et ami de son père, Nicolas Bedos adresse des remerciements. “Vous avez fait une émission spéciale en direct quand il est parti, et je l’ai regardée en boucle, pas toujours totalement sobre, parce que Pierre a fait… Je ne dis pas ça parce que c’est le président du Festival de Cannes, je dis ça parce que c’était une des choses les plus pertinentes, les plus justes, les plus complètes qu’on ait faites à la télévision sur ce type qu’était mon père. Je vous en remercie parce que je l’ai regardée peut-être seize fois, parce qu’on est dans une espèce de boucle de chagrin.” Nouveau changement de sujet : “Bon, on passe à autre chose. On parle d’OSS, d’Elsa Zylberstein…

Source: Lire L’Article Complet