Nicolas Hulot : cette collègue du gouvernement qui a « beaucoup souffert » avec lui

Quand il était ministre de l’Environnement, Nicolas Hulot travaillait avec plusieurs femmes au sein de son administration. Et l’une d’elles, bien connue, n’en garde pas de bons souvenirs.

L’affaire Nicolas Hulot n’a pas fini de faire du bruit. L’ex-ministre de l’Environnement est accusé par plusieurs femmes de viols et agressions sexuelles. Des faits, dont il reste présumé innocent, qui se seraient déroulés principalement entre 1989 et 2001. C’est le reportage d’Envoyé Spécial sur France 2, le 25 novembre dernier, qui a mis en lumière les témoignages de ces victimes présumées et provoqué un raz-de-marée dans le monde politique. Mais certains n’ont pas paru surpris par toutes ces révélations…

Dans le reportage d’Elise Lucet, Claire Nouvian, une ancienne collaboratrice de Nicolas Hulot, souligne ainsi qu’il y a « clairement un dysfonctionnement dans ses rapports aux femmes« . Brune Poirson, qui fut sa secrétaire d’État à la Transition écologique, en aurait fait les frais selon Jean-Michel Aphatie, auteur du livre Les Amateurs. Une histoire qui illustre la misogynie que l’on prête à l’ex-ministre de l’Environnement.

« Il la rabaissait en permanence »

Le 17 janvier 2018, quand les Français ont appris l’abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes, Brune Poirson était aux côtés de Nicolas Hulot et d’autres collaborateurs, raconte Jean-Michel Aphatie. La jeune secrétaire d’État allait partir, pour aller s’exprimer sur le sujet sur BFMTV, quand Nicolas Hulot l’aurait affichée devant tout le monde. « Tu vas dire quoi ? Tu ne sais pas quoi dire ! »lui aurait-il lancé selon un témoin, qui ajoute : « Il la rabaissait en permanence. » À l’époque, toujours selon le récit de Jean-Michel Aphatie, une ministre de l’actuel gouvernement avait même dit : « Je crois qu’elle a beaucoup souffert. » C’était Marlène Schiappa.

Quelques jours après la fin de Notre-Dame-des-Landes, et cette soirée cauchemardesque pour Brune Poirson, le magazine Ebdo sortait une première enquête concernant une accusation de viol envers Nicolas Hulot. Mais le gouvernement n’y avait pas cru. Marlène Schiappa avait même pris la défense de son collègue dans le JDD. Cette fois-ci, elle s’est peu épanchée sur le sujet et a martelé que « la justice se rend dans les tribunaux ».

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Eliot Blondet/Pool/Bestimage

Autour de

Source: Lire L’Article Complet