Nicolas Sarkozy, 66 ans et vacciné contre la Covid-19 : il avait "une bonne raison"

La vaccination anticipée de Nicolas Sarkozy contre la Covid-19 avait fait grand bruit. L’ancien président de la République est revenu sur la polémique dans Le Figaro le 2 mars 2021.

  • Nicolas Sarkozy

Si la campagne de vaccination contre la Covid-19 s’accélère, les débuts ont été plus compliqués. Ainsi, jusqu’au mois de février 2021, les doses n’étaient resservies qu’à la tranche de population la plus fragile : les plus de 75 ans et les patients les plus à risque. Le 1er mars, le ministre de la Santé Olivier Véran annonçait que la vaccination l’Astra Zeneca était désormais ouverte aux plus de 65 ans. Pourtant, le jeudi 18 février, Franceinfo annonçait que Nicolas Sarkozy, âgé de 66 ans, avait été vacciné dès le mois de janvier : “L’ancien chef de l’Etat, âgé de 66 ans, a reçu l’injection par un médecin de l’hôpital militaire de Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine), sur prescription d’un médecin de ville”. Une révélation qui avait fait scandale et qui avait soulevé de nombreuses interrogations. Le locataire de l’avenue Duquesne lui-même avait réagi : “Il en va de Nicolas Sarkozy comme de n’importe quel Français, il a le droit au secret médical. Donc je n’ai pas à en connaître s’il a été vacciné avant l’heure. Nous devons tous respecter les règles, nous avons tous des droits et des devoirs et ils s’imposent à chacun d’entre nous y compris celui de bénéficier du secret médical”. L’ancien chef de l’État, qui a été condamné le lundi 1er mars à trois ans de prison dans l’affaire des écoutes, avait-il bénéficié d’un passe-droit ?

Nicolas Sarkozy est désormais éligible à la vaccination

Nicolas Sarkozy a décidé de répondre lui-même à cette question. Dans un entretien accordé au Figaro le 2 mars 2021, le mari de Carla Bruni a, avec la franchise qui le caractérise, nié tout favoritisme. “Dans une démocratie, on a le droit au secret de la conversation avec son avocat et aussi au secret médical”, a ainsi souligné l’ancien locataire de l’Élysée. “Peut-être me trouvez-vous trop exigeant, mais c’est l’Etat de droit. Si votre question était de savoir s’il y avait une bonne raison pour que je sois vacciné, alors la réponse est oui”. Nicolas Sarkozy, désormais éligible à la vaccination, n’a toutefois pas donné plus de détails concernant cette “bonne raison”.

Source: Lire L’Article Complet