“Nous, on chiale” : Marine Le Pen et sa sœur Marie-Caroline bouleversées le soir des législatives

Lundi 20 juin, L’Express rapportait la réaction de Marine Le Pen et de sa sœur Marie-Caroline lorsqu’elles ont eu connaissance de la percée des députés du RN à l’Assemblée nationale, lors du second tour des élections législatives.

A propos de


  1. Marine Le Pen


  2. Marie-Caroline Le Pen

Dimanche 19 juin, lors du second tour des élections législatives, nos confrères de L’Express étaient à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, là où Marine Le Pen et ses alliés du Rassemblement National avaient donné rendez-vous à leurs militants. Ayant eu accès à la conversation WhatsApp privée des membres du parti d’extrême droite, ils ont pu découvrir leurs différentes réactions lorsqu’ils ont appris qu’il y aurait 89 de leurs députés qui feront leur entrée à l’Assemblée nationale. Pour rappel, en 2017, il n’y avait que 8 députés de l’ancien Front National au Palais Bourbon.

« C’est l’hystérie sur notre conversation ! Il y a ceux qui pleurent et ceux qui rient », avait annoncé avec enthousiasme Mathilde Adrouët, députée européenne du RN et ex-conseillère régionale de l’Île-de-France. En effet, Marie-Caroline Le Pen a écrit, sur la discussion de groupe et en parlant également au nom de sa sœur Marine : « Nous, on chiale. » Un peu plus tard, sous les coups de 19 heures, la représentante du parti a déclaré, reconnaissante : « Je crois que vous n’imaginez pas l’émotion qui m’étreint ce soir. » De son côté, le collaborateur parlementaire de Nicolas Meizonnet, du RN, n’a pas eu d’autres mots que ces derniers pour exprimer sa joie : « C’est ouf, c’est ouf ! »

Découvrez les hommes qui ont compté dans la vie de Marine Le Pen

Des subventions publiques plus importantes qu’il y a cinq ans

Il faut dire qu’au-delà de l’aspect inédit du score historique réalisé par le parti de Marine Le Pen, le fait que près de 90 députés du Rassemblement National auront leur siège au Palais Bourbon signifie également que les soucis financiers seront probablement bientôt réglés. Comme l’a révélé Le Figaro récemment, l’endettement de 22 millions d’euros du parti pourra sans doute être, à l’avenir, balayé d’un revers de main grâce aux subventions publiques. Celles-ci seront donc plus importantes qu’auparavant car elles sont déterminées en fonction du nombre d’élus.

Article écrit avec la collaboration de 6Medias

Crédits photos : Alain ROBERT/SIPA

Autour de

Source: Lire L’Article Complet