« N’utilisez pas ce terme ! » : Anne Hidalgo s’agace contre Léa Salamé

Invitée sur France Inter, Anne Hidalgo, la maire de Paris, a recadré Léa Salamé. Dans une question, la journaliste a utilisé le terme de “salle de shoot”, au lieu de “salles de consommation à moindre risque”.

Les interviews politiques de Léa Salamé laissent souvent place à des échanges musclés. L’entretien, diffusé ce 8 juin sur France Inter, n’a pas fait exception. Pour l’occasion, la journaliste, qui a récemment rejoint Laurent Ruquier pour son émission On est en direct, recevait Anne Hidalgo, maire de Paris et soutien d’Audrey Pulvar aux élections régionales. Elle l’a notamment interrogée sur les ravages du crack à Paris. Alors que la tension monte dans le nord-est parisien, où les jardins d’Éole (Paris XVIIIème) servent désormais de refuge pour les toxicomanes, la maire de Paris a décidé de taper du poing sur la table. Elle veut libérer d’ici à la fin juin le jardin de tous ses nouveaux occupants. Une déclaration qui n’a pas manqué d’intriguer Léa Salamé.

“Aujourd’hui, ils vont partir où ? Vous dites fin juin. Ils vont aller où ces toxicomanes ? Est-ce que la solution, ce sont les salles de shoot ? Faut-il les multiplier ?”, a questionné la journaliste. Le choix de la sémantique a semble-t-il agacer Anne Hidalgo, qui a tenu à recadrer son interlocutrice. “D’abord, n’utilisez pas ce terme s’il vous plaît, parce que c’est ce qui fait prendre beaucoup de retard à notre pays, notamment de lutte contre les addictions”, a corrigé la maire de Paris. Et de préciser : “Il y a des salles de consommation à moindre risque, c’est-à-dire dans lesquelles il y a des médecins qui encadrent et qui sont là au côtés des toxicomanes pour les accompagner vers la sortie de ces drogues.”

[email protected]_Hidalgo : "N'utilisez pas ce terme de '#salle de #shoot', c'est ce qui fait prendre beaucoup de retard à notre pays" #drogue #Paris #crack #Barbès #le79Inter pic.twitter.com/2wQ5xFcxe0

“S’il vous plaît, n’utilisez pas ce terme”

Agacée, Anne Hidalgo répète sa demande : S’il vous plaît, n’utilisez pas ce terme. L’argumentaire n’a pas complètement convaincu Léa Salamé. “Anne Hidalgo, je veux bien ne pas utiliser ce terme, mais pour les riverains qui habitent à côté d’une salle de consommation à moindre risque, comme vous dites, ils appellent ça une salle de shoot et c’est leur terreur, a répliqué la journaliste.

Dans ce débat sémantique, la maire de Paris a réaffirmé que l’utilisation de ces salles de consommation demeuraient essentielles. “Les riverains de la salle de consommation du Xème arrondissement – je pense à l’Association Action Barbès notamment – sont venus nous dire combien cette salle avait changé leur vie. Avant, la prise de drogues se faisait sur le trottoir, dans les halls d’immeubles, a-t-elle expliqué. “C’est ça (les salles de consommation à moindre risque) qui fonctionne dans de nombreux pays.”

Crédits photos : Capture d’écran – France Inter

Autour de

Source: Lire L’Article Complet